Dans la grande savane automobile, les femmes ont plus que jamais leur mot à dire. Elles sont même devenues le plus souvent les décideuses du foyer si l’on en croit les commerciaux de Peugeot, qui ont accepté pour l’occasion de nous ouvrir leurs jolies « Blue Box Ambition ». Notre chroniqueuse Paola a rencontré ces « lionnes » pour un moment édifiant.

Par Paola Martini – Photo : Jonas Jacquel

Le défi était de taille. Interroger des conseillers et conseillères commerciaux sur leurs petits secrets pour nous séduire. Petite demande officielle auprès de Cyril Le Roux, le « papa » des concessions Peugeot de Dijon. Il est ok ! « C’est totalement dans l’air du temps ; le marché a profondément évolué et la clientèle féminine fait partie de nos priorités à bien des égards. » Rendez-vous est pris avec les commerciaux John et Bénédicte à la Blue Box Ambition de Chenôve. C’est beau ! Un véritable showroom où tout est pensé pour valoriser la gamme du constructeur au lion.

Où est le monsieur ?

Mais, il est où le monsieur qui m’avait vendu ma première auto en 1992 en m’affirmant que « pour une femme comme vous,  c’est celle-là qu’il vous faut ». Je n’ai toujours pas compris ce que ça voulait dire, une femme comme moi… Petit aparté d’une époque qui ne me manque pas trop.

Je découvre avec plaisir ce nouvel univers Peugeot. Je ne sais pas si c’est contractuel, mais les commerciaux m’accueillent avec un petit café et une visite des lieux. J’apprends que le site de Chenôve fut le premier en France à épouser ce modèle, en 2014. Celui de Saint-Apollinaire, vient d’être terminé… Hâte de voir !

Comme je m’étais renseignée, j’avais bien compris que Peugeot était monté en gamme depuis quelques années. Ils sont devenus « constructeurs généralistes premium ». Je le place au passage à mes hôtes du jour pour faire mon intéressante… je crois que j’ai réussi mon effet.

Maître de son sujet, Bénédicte rebondit : « Depuis l’avènement de la nouvelle gamme, Peugeot a vraiment acquis un nouveau statut. Cela se vérifie surtout depuis la sortie de la 308 – un grand succès – et encore plus avec le SUV 3008, à la personnalité et au style très marqués. Les fidèles de la marque sont restés, ce qui était important bien sûr, mais nous fédérons aussi d’anciens conducteurs de marques étrangères. Ils sont heureux de trouver chez nous une qualité de finition élevée, avec du 100% made in France. »

Nouvelle cible particulière

Mais revenons à notre petite enquête. Les femmes seraient-elles donc devenues une priorité des constructeurs ? Une évidence, selon John. « Il faut être franc, c’est « Madame » qui a le dernier mot. La femme n’est plus seulement la décideuse des achats du quotidien, elle l’est aussi le plus  souvent pour l’automobile du foyer », détaille le commercial, qui ne saurait dire si c’est une bonne ou une mauvaise chose. Simplement l’évolution de notre société. Ma question semble amuser Bénédicte. Aurais-je fait une remarque de vieille ? « Je n’ai pas de référentiel sur ce qu’il se passait à l’époque, mais il est clair que les femmes que je rencontre sont désormais autant renseignées que les hommes sur les caractéristiques de l’auto. L’effet internet ! Les femmes s’intéressent au plaisir de conduite, à la puissance de l’auto, à ses équipements techniques. Il y a aussi le bon sens féminin qui parle avec une attente importante en terme de praticité. Chez Peugeot, nous disposons d’une gamme large, nous arrivons facilement à répondre à ces besoins. »

Notre experte plaide encore qu’être jeune, en ces circonstances, est un atout : « Lorsque nous devons nous occuper d’une cliente venue seule, par exemple. On sent qu’on lui ôte une part d’appréhension, du risque « se faire rouler » en quelque sorte. »

C’est donc l’orgueil gonflé à bloc que je suis sortie de cet entretien. Le directeur Cyril Le Roux me glisse d’ailleurs que sa priorité, depuis longtemps, n’est plus de vendre pour la première fois, mais bien « de fidéliser sur la durée, par un suivi des services de qualité. Les femmes y sont particulièrement sensibles ».

Partages
0

Vous aimerez peut-être aussi