Daniel Fernandez partage ici ses coups de coeur de femmes artistes, libres et talentueuses. Ce mois-ci, il nous révèle comment Lou, jeune Dijonnaise native de Sardaigne, s’est retrouvée en playlist sur les ondes de France Inter.

Par Daniel Fernandez

Photos : Christophe Remondière et Vincent Loyer

Il était une fois, une jolie Méditerranéenne, fraîchement débarquée sur nos « Côtes-d’Or » et déjà attirée par le son d’une guitare. Et au bout de ces notes et de ces cordes se trouvaient les doigts de Jérôme Broyer. Et c’est là qu’elle accosta. Il ne leur fallut pas longtemps, à ces deux-là, pour accorder leurs voix et leurs bras ! De leur rencontre naquit Lou di Franco.
Ils eurent alors plein de petites chansons. Et depuis, ils vivent bien heureux adoptés par la famille des musiciens dijonnais.
Et réciproquement, la belle a choisi Dijon. Rencontres, répétitions, échanges de rires et de vin…

Engagée et honorée

De sa voix colorée, Lou peint des chansons pop, qui paraissent peut-être légères comme ça. Mais, derrière lesquelles, souvent, se cache un réel engagement. Je vous invite à lire entre les lignes. Car, de son île natale, elle a rapporté dans ses bagages un zeste amer et sucré, au goût d’indépendance. Je l’entends encore me dire : « Nous sommes la poubelle de l’État italien ». Lou est engagée pour sa terre et défend sa culture. Elle chante aussi en sarde, tellement fière et heureuse d’avoir interprété en live sur un média national (France Inter) un chant révolutionnaire sarde ! Lou a le caractère de son charisme. Partie de son île avec quelques notes au fond des poches, elle y est revenue remplie de jolies mélodies, qui servent les textes de ses chansons. Mais, si elle a été invitée dans son pays pour y jouer, ce fut également pour y être honorée. C’est ainsi qu’elle a reçu le Prix Andrea Parodi 2014 (Prix World), puis le Prix Mario Cervo en 2015 (meilleur disque de l’année), ce qui n’est pas rien ! « Ce que j’ai réalisé en Bourgogne, je n’aurais pas pu le faire dans mon pays. Ici, je me sens aussi chez moi, depuis quelques années », m’a-t-elle confié.

sans-titre-362

Étudiée et fredonnée

Écrites en français, ses chansons passent souvent sur les radios en Allemagne et ailleurs. Le texte de l’une d’entre elles, Dans le désert est même étudié dans quelques écoles primaires, de l’autre côté du Rhin, ainsi qu’en Suisse. Une Sarde qui donne matière à réfléchir aux jeunes Allemands et aux « petits Suisses » qui apprennent le français… Comme quoi le mélange des notes et des mots n’a pas plus de frontières ni de barrières que le vent qui le promène ! Je me souviens parfaitement de sa toute première scène. C’était en 2010, au Grand Théâtre de Dijon. Je l’avais invitée à franchir le pas et à oser la voix, pour un concert en faveur d’Amnesty International. Entre le trac qui faisait trembler sa voix et un présentateur bafouillant (qui n’est jamais parvenu à prononcer correctement son prénom et son nom sardes), elle arriva pourtant à dévoiler sa singularité, son accent. Un sourire et une pincée de charme plus tard, sa signature était inscrite. Fleurissant subtilement la langue de Molière (en lui offrant une douce fraîcheur et une drôle de légèreté), son accent affirmait son côté solaire. Et la voilà lancée, ce soir-là, à la conquête du public dijonnais, partie pour écrire l’histoire de Lou di Franco…
Je viens tout juste de partager une scène avec elle (Grand Dire en Zik, le 29 septembre dernier) et sa récente chanson Sous le soleil m’a laissé muet, tant elle était parlante. Quant au dernier bébé des Lou di Franco, il se nomme 99 saudade. 99 correspond au chiffre du département représentant les étrangers en France et « saudade » est ce mystérieux mot portugais, qui n’a pas de réelle signification en français, mais que, par défaut, on peut traduire par « mélancolie empreinte de nostalgie » ou « vague à l’âme ». Bref, vous aurez compris à quel point la jolie Sarde est devenue une lueur essentielle à la clarté de la scène bourguignonne. Et soyez attentifs, car Lou ne saurait tarder à passer dans votre poste de radio et à être sifflotée ou fredonnée sur le bout de vos lèvres. Lou la solaire n’a pas fini de nous réchauffer…

La jolie Sarde s’est retrouvée en playlist sur les ondes de France Inter.

aDSC05796

Partages
0

Vous aimerez peut-être aussi