L’application Tinder, après avoir sévi à Paris, séduit désormais les Côte-d’Oriens en mal de rencontres. Le principe ? L’efficacité : quelques photos, un texte basique, quelques goûts affichés éventuellement communs et en avant la musique ! À vous l’amour ou la conquête d’un soir : si chacun clique surle cœur, c’est l’ouverture, on peut se parler. Beaucoup de choses peuvent alors se produire… ou pas, du pire au meilleur. Notre envoyée spéciale a enquêté sur le sujet pour nous initier aux us et coutumes des Tinder boys.

Celui qui porte des lunettes de soleiL

 

Il en a sur toutes ses photos. Toutes ! Parce qu’il trouve ça super cool, parce que ça lui donne un look de tombeur (croit-il), parce qu’il a les yeux sensibles, parce qu’il est timide, parce qu’il se trouve moche, parce qu’il louche. Pour le séduire : ne pas lui demander tout de suite une photo sans ses Rayban, il aime qu’on le voie au-delà des apparences et ne comprend absolument pas pourquoi il a « aussi peu de clics ». Ceci dit, ce type de profil permet parfois d’avoir de belles surprises : un joli regard, une certaine sensibilité, de quoi donner une vraie rencontre si on fait l’effort d’aller au-delà des barrières qu’il a mises, exprès ou pas.

Celui qui prépare le terrain

Vous avez commencé à parler. Il propose assez rapidement un rendez-vous autour d’un café, et c’est vrai qu’on n’est pas ici pour jouer aux cartes mais pour rencontrer des gens. Alors tu dis OK, pourquoi pas ? Et c’est à ce moment-là qu’il te propose de prévoir un « moment intime » après le café. Si tu es très en manque, ça a un côté pratique, expéditif. Sinon, il faut reconnaître que ça tue un peu le potentiel de la relation dans l’œuf. Franchement, ça fait un peu cher le café, ça casse le marché des copines professionnelles et ça, c’est pas très gentil. Au pire, propose-lui de le prendre au Vertigo, ce café, tant qu’à faire… Idem pour celui qui, dès qu’il entre en contact avec toi, sans même te dire bonjour, t’assène « Cherche femme coquine » et a du mal à comprendre que tu lui répondes : « Ce serait bien de faire connaissance avant de donner le meilleur de soi-même, non ? »

potes

Celui qui se photographie avec ses potes

On a beau chercher, il n’est jamais seul sur ses photos. Il fait pas mal la fête, à la villa Messner, au Square ou au camping de Seurre. Il est très entouré, a plein de copains rigolos, voyage et aime la bière ou les bulles. Tiens-le toi pour dit, au cas où ça marche : si tu l’aimes, c’est aussi sa bande de potes que tu aimeras (bon courage), avec les soirées foot, les soirées tout court, les week-ends de garçons, les virées au paintball de Fort-Brûlé, jusqu’à ce qu’il grandisse encore un peu. Le souci : on a toujours un peu de mal à savoir à qui on parle réellement. Le beau blond à droite, le brun ténébreux à gauche ou le geek rondouillard et sympathique au milieu ? Devine…

Celui qui est déjà ton propriétaire

Après quelques échanges, tu le trouves plutôt sympa. Mais il habite un peu loin (à Pouilly ou Aizeray) et vous ne pouvez pas vous voir tout de suite (il bouge beaucoup pour son boulot). Discussions, confidences, le contact est établi.
Il estime très vite que tu lui appartiens, sans t’avoir jamais rencontrée, te fait des crises de jalousie virtuelle, et ne comprend pas du tout que tu freines des quatre fers, ni même que tu « rompes » avec lui, auquel cas il s’accroche. Il est possible qu’il ait été en couple assez longtemps, donc il sait « comment sont les femmes » (mais il n’a pas compris du tout pourquoi la sienne est partie). Pourtant, pour lui, la vie à deux est une règle de vie. Mon conseil : le monde est grand, il y a tellement de monde à rencontrer… cette histoire est-elle bien nécessaire ?

Celui qui dit « et surtout,ne pas se prendre la tête »

Il a été marié, ça s’est mal passé, et ça lui a coûté très cher. Sa femme est partie après avoir essayé de lui faire comprendre certaines choses pendant des années, et elle a fini par abandonner. Il recherchera une femme « sympa », qui ne posera pas trop de questions et surtout, n’aura aucune exigence mais viendra vite remplir le nid déserté, si possible sans qu’il fasse aucun effort.
Il y a des chances pour qu’il ait un petit problème avec le concept de la remise en question. Si tu as l’esprit Croix-Rouge, tu soigneras le champ de ruines que son cœur est devenu, mais il te faudra passer pas mal de barbelés et avaler quelques couleuvres… C’est beau, ce que l’amour peut faire, pas vrai ? À rapprocher du profil dit « Tchernobyl » : il s’est fait salement larguer, et pour se remettre, séduira le maximum de femmes à qui il fera le plus de mal possible (« mais elles, si elles souffrent, c’est pas pareil ») grâce à son sens consommé de la pratique de la douche écossaise, avant de retomber amoureux au bout de quelques mois d’une fille qui n’a rien fait mais qui n’est tout simplement pas toi.

l’amateur de belles voitures

Celui qui a la chance d’en avoir une (c’est rare sur Tinder, ne rêve pas) se photographie en train de la conduire, devant un paysage de rêve ou lors d’un rallye Porsche avec une étape à l’abbaye de la Bussière. Il aura tendance à rechercher le top du top, la fille-trophée aux longues jambes et à forte poitrine, qui lui coûtera aussi cher que sa voiture et risque de manquer un peu de conversation, mais ça ne le gêne pas. Il y a aussi le mytho, qui a compris que la belle voiture, c’est un aspirateur à minettes : il arrive à se photographier devant ou à côté du bolide stationné loin de son véritable propriétaire, ou en désespoir de cause, met une photo trouvée sur Internet. Mais le plus beau, ce sont les photos de la Ferrari ou de la Porsche (bizarrement, peu d’Aston Martin) prises au Salon de l’Auto ou chez le concessionnaire à Chenôve !

Celui qui ne te parle ni ne te répond jamais

Il est en couple. Et oui, crois-le ou pas, il aime sa femme, sa famille, mais a besoin de se rassurer un peu sur son sex-appeal. Si tu as cliqué, il est ravi, et fera tout pour en avoir plus, des « likes » de la part d’autres petites Cendrillons comme toi, avec son joli profil bien travaillé. Mais il est prudent, il s’est juste un peu mis en danger. Il a regardé ailleurs, et chacun sait que regarder, ce n’est pas tromper, non ? Il sait qu’il plaît, maintenant. Il va pouvoir retourner s’occuper de sa femme, qui sera très contente de faire à nouveau des virées chez Ikéa ou des randos dans le Jura avec son homme à nouveau amoureux.

Celui qui met des citations ou des photos trouvées sur le net

Il a des convictions : il est Charlie. Il lit Sparse et Psychologies Magazine, connaît sur le bout des doigts tous les sites, parfois bizarres, de développement personnel. À toi de décrypter, de voir si ça correspond à tes valeurs ou tes goûts, et surtout de vérifier si sa conversation est à la hauteur du peu qu’il montre. Mais tu risques d’attendre longtemps avant d’avoir une photo, car il ne se livre pas comme ça. S’il n’est pas creux, il est possible qu’il soit moche.

Celui que tu ne verras JAMAIS

Son profil est classique et a l’air sain. Une fois le contact établi, il s’avère qu’il habite loin, et qu’il fait un métier différent, berger dans les Causses ou expatrié dans un pays lointain : sur une plate-forme pétrolière, ou au fin fond de la jungle, dans une ONG. Tinder est une bénédiction pour ces héros esseulés. La bonne nouvelle, c’est que ça ne grouille pas de femmes dans son entourage. Il est peut-être barbouze ou agent secret (ah, le mythe sexy du barbouze amoureux !). Il te fera rêver, te parlera tous les jours, te promettra la lune et une fois sur deux, le moment de la rencontre venu, ne sera pas au rendez-vous. Il te rattrapera au vol, te reparlera tous les jours et recommencera. Un jour, il disparaîtra : il est mort pour la France mais la France n’a pas le droit de le dire, il a fait un burn-out dans la jungle après avoir chopé Ebola, ou une dépression parce que son troupeau a été décimé par un loup. Tu n’entendras plus jamais parler de lui, mais tu auras eu de très beaux moments virtuels. Deux solutions : soit c’est un mythomane manipulateur qui habite au fond de la vallée de l’Ouche ou de la Côte, et il n’y a rien à dire de plus. Soit c’est vrai, mais il préfère se battre contre des méchants ou changer le monde que s’abîmer le cœur avec une faible femme qu’il ne saura d’ailleurs pas où caser dans sa vie compliquée.

Celui qui dit sa taille… ou pas

Il faut le savoir : seuls les grands annoncent leur taille dans leur bio. À partir d’1,80 m, comme si ça pouvait être un problème.
En dessous, ils évitent, allez savoir pourquoi…

 

motard2

Le motard

C’est assez simple : il photographie sa puissante monture sous tous ses angles (enduro, routière, anglaise, italienne, japonaise… autant de styles que de types de motard). Tu sauras donc qu’il aimera les balades (avec toi au début, mais après, ça va se calmer parce que bon, c’est un peu lourd, une moto à deux ; une fois en couple, il ira se balader tout seul pour se détendre), la vitesse, les sensations, les parcours, les périples et qu’il en parlera beaucoup. Tu verras que les Grands Prix, c’est quand même nettement moins chiant que le foot. En même temps, soyons claires : un motard, c’est 20 points de plus sur l’échelle de la sexytude. Parce que le motard est chaud en cuir, que c’est un sport, qu’il y a un esprit ainsi qu’une communauté motard, et qu’il faut une sacrée maîtrise pour ne pas se tuer trop vite sur ces machines.

Celui qui en a plusieurs en même temps

Ce qui est bien (et mal) avec les sites de rencontre, c’est que les contacts peuvent se cumuler. C’est rigolo un temps, mais la concurrence est rude et on se fait zapper facilement : le virtuel donne, pour certain(e)s, moins d’importance à la rencontre, le respect est une option. Pour savoir si un contact est sur plusieurs touches, il suffit d’observer le rythme de la conversation. Si les réponses mettent du temps à arriver, c’est que ton contact parle à plusieurs personnes en même temps. Quand tu le ou la rencontreras, après avoir eu beaucoup de mal à trouver une date dans vos agendas compliqués, choisis un lieu avec plein de passage, comme la place du Bareuzai ou la place du marché de Beaune. Si son œil surveille à droite et à gauche, qu’il prend un air gêné quand il voit passer certaines personnes, s’il t’intéresse vraiment… À toi de jouer, et que le meilleur gagne !

Celui qui dit « sans prise de tête » (variante : Carpe Diem)

 

tinder-feb1

Il est en couple, n’a pas envie de quitter sa femme mais n’est pas contre des 5 à 7 coquins. Il mettra un faux nom et une fausse photo sur son profil, et aura la délicatesse de te prévenir avant le premier rendez-vous, ce serait bête de se rater. Ne rêve pas, il ne t’emmènera jamais au château de Chailly ou au domaine des Prés-Verts : il risque de tomber sur des gens qu’il connaît, en plus ça coûte cher et sa femme pourrait le voir sur les relevés de compte. Ça promet donc de se finir chez toi, une fois par semaine, quand il aura des dispos et bien sûr, tu n’auras rien à exiger. C’est un choix. Il y a aussi le célibataire qui n’a pas envie de s’engager, mais il a le mérite de le dire d’entrée de jeu, c’est à prendre ou à laisser : une petite aventure sympathique, qui n’abîmera a priori pas ton petit cœur, si tout va bien. Dit-il.

le conducteur

Il se photographie au volant, avec parfois la petite mimique à la mode (le sourcil levé, pour les moins de 30 ans) parce qu’il n’est pas souvent seul ou qu’il trouve ça cool… ou parce qu’il est commercial ou chauffeur routier. Si c’est le cas, il cherche l’aventure dans chaque ville où il passe. À toi la formule-étape à l’hôtel Bourguignon de Bèze (véridique), ou la cabine arrière du camion et le Courtepaille de Marsannay. C’est toi qui vois.

Celui qui a des photos floues ou coupées

Il n’a aucune photo de lui tout seul, mais c’est une urgence : il n’en peut plus d’être célibataire. Il récupère donc des photos de son ancienne vie, parfois du jour de son mariage, en la recadrant, mais on voit la main de la mariée. Sinon, comme il n’est jamais seul et qu’il a un peu honte, il prend des selfies moches : flous, dans son bureau, dans les toilettes du bureau, sur son lieu de travail, dans sa voiture… Ce n’est pas très valorisant, mais ça a un petit côté naïf attendrissant. Il peut également ajouter des photos de ses enfants, pour que les choses soient claires. Il lui arrive de mettre des photos de lui enfant, aussi, pour montrer qu’au fond, il n’a pas changé ou pour attendrir ton petit cœur.

 

Partages

Vous aimerez peut-être aussi