Jeune mariée d’une quarantaine d’années, chef d’entreprise et mère attentionnée, Catherine Roumier, devenue depuis peu Catherine Letelu, assure sur tous les fronts. Capable de sortir les griffes pour défendre les intérêts de ses clients, la courtière s’est forgée seule pour devenir la professionnelle respectée qu’elle est aujourd’hui. Aux côtés des particuliers pour mieux appréhender l’univers des banques, elle apparaît comme un ange gardien de l’emprunt qui aide à réaliser les projets immobiliers.

 

Attirée par le commerce et la relation client, Catherine Letelu a choisi de suivre une formation BTS action commerciale. Diplômée, elle intègre très vite le monde de la banque en tant que chargée de clientèle. Pendant quinze ans, elle y a évolué jusqu’à devenir directrice d’agence. « J’aimais la découverte du client, pouvoir le conseiller sur ses placements, mais je manquais de pouvoir décisionnaire et d’autonomie pour lancer des projets et avancer. » Devant un fonctionnement trop procédurier qui lui cassait les pieds, Catherine Letelu se pose des questions sur son avenir professionnel. Des bouleversements dans sa vie personnelle finiront de la convaincre qu’elle doit changer de voie. « Tout a été chamboulé et je me suis demandé ce que je pouvais faire. J’ai postulé dans d’autres banques mais ça ne répondait pas à mes attentes. C’est là qu’on m’a parlé du métier de courtier. »

 

Un précieux intermédiaire

 

Déjà rodée aux prêts immobiliers et aux relations bancaires, Catherine Letelu, « pas plus bête qu’une autre », décide d’essayer. Elle intègre une entreprise à ce titre en 2004. « Le courtier joue le rôle d’intermédiaire entre les particuliers (ou les entreprises) et la banque. »

En 2008, Catherine Letelu décide de créer son entreprise et se lance. Moins d’un an après, elle est amenée à collaborer avec celui qui deviendra son mari, Philippe Letelu. Les deux courtiers s’associent et rejoignent un réseau national, In&FI. « Grâce à cette dimension, nous avons des partenariats avec cent dix banques, tant pour les particuliers, les entreprises que les rachats de crédits, quand un courtier régional ne pourra pas avoir autant de connexions. »

Mais pourquoi faire appel à un courtier ? Auprès des entreprises, In&Fi peut intervenir pour rechercher un financement visant à mettre en place un projet de développement ou à réaliser des travaux. Catherine Letelu s’est quant à elle spécialisée dans l’accompagnement des particuliers. « Je me suis toujours éclatée là-dedans, j’adore chouchouter mes clients. » Que ce soit pour l’achat d’une résidence principale, locative, pour mettre en place une SCI ou renégocier un prêt, la courtière va chercher le financement adapté au projet immobilier de ses clients. « Au-delà du taux, le courtier va négocier les assurances, les garanties et les clauses. » Des points de détail complexes que le particulier aurait des difficultés à appréhender sans les conseils d’une experte comme Catherine Letelu. La courtière obtiendra également des taux plus avantageux qu’un client face à son conseiller lambda.

 

Courtier de A à Z

 

En faisant appel au courtier dès la réflexion sur le budget, on s’évite une perte de temps et des désillusions. « Nous sommes aux côtés de nos clients dès le début du dossier et on reste avec eux jusqu’à la signature devant le notaire et même au-delà. »

Réellement investie dans la démarche de ses clients, Catherine Letelu mise sur l’écoute pour définir l’approche la plus pertinente pour eux. Une technique qui marche puisque la courtière fait sa carrière sur les recommandations de ses clients et le bouche à oreille qui gage de sa qualité et de son professionnalisme. « Ce métier me tient à cœur. J’ai un véritable attachement pour mes clients. On peut presque parler de passion pour ce travail. » Quand on constate les économies que le courtier permet de faire dans un investissement immobilier, on se prend vite aussi d’une certaine passion pour lui. Cerise sur le gâteau, les coûts de cet intermédiaire passent inaperçus dans l’emprunt réalisé puisqu’ils sont inclus dans le montage du dossier. Le courtier s’impose comme le meilleur allié de l’emprunt immobilier.

 

Sans langue de bois

Ce qui vous plaît chez un homme ?
Quelqu’un à l’écoute des autres, avec de l’humour, du caractère.

Selon vous, les hommes ont-ils peur des femmes fortes, avec du caractère ?
Oui, mais plutôt que de freiner devant ces femmes, il faut qu’ils apprennent à en faire un atout, car on a plus d’idées à deux. Et puis, il y a de plus en plus de femmes de caractère, donc il faut faire avec !

Ce que vous ne supportez pas chez les autres femmes ?
La jalousie.

Et chez les hommes ?
La vulgarité.

Faut-il être féminine ou féministe ?
Féminine tout en sachant taper du poing quand il faut.

Être une femme de caractère, c’est quoi pour vous ?
Une femme qui se fait respecter en étant professionnelle.

Quelqu’un qui t’inspire le respect ?
Mon mari car il m’a beaucoup apporté, on est une véritable équipe.

Quelqu’un qui vous exècre ?
Sans donner de nom en particulier, tous ces fanatiques qui tuent gratuitement.

Que préférez-vous à Dijon ?
Je dirais l’ours Pompon et la chouette, les emblèmes de notre belle ville.

Que détestez-vous à Dijon ?
Voir les rues commerçantes du centre-ville qui se vident.

Que répondez-vous quand on dit que vous avez une grande gueule ?
Je sais dire les choses quand il faut les dire, et si j’ai une grande gueule, c’est qu’on m’a déjà « enquiquinée » avant.

Si vous avez des questions sur vos projets immobiliers, contactez Catherine Letelu
qui répondra dans notre prochain numéro

contact@femmesenbourgogne.com
Partages

Vous aimerez peut-être aussi