Place du Théâtre à Dijon, le Trinidad a su mettre en scène une identité à part. Rencontre avec deux frères, Thibault et Kaveh, encore tout surpris de leur succès.

feb3-trinidad-3

Un bar brasserie cosy ouvert de 11 heures à 2 heures du matin tous les jours, à Dijon, ne nous mentons pas, il n’y en a pas tant que ca. Et si, en plus, on vous dit que les serveurs sont aussi souriants que beaux gosses, il devient carrément tentant de faire le voyage.

Thibault et Kaveh, les deux frangins propriétaires des lieux, ont fait mieux qu’ouvrir un bar. Ils ont créé, osons le mot, une âme propre à ce lieu. Repris en 2013, l’établissement avait connu ses heures de gloire dans les années 80-90, dans un tout autre registre, celui de la brasserie traditionnelle.

Il y a trois ans, rares étaient ceux qui prédisaient à nos deux frères un avenir florissant. C’est qu’ils ne savaient pas de quel bois étaient faits ces garçons, qui avaient déjà connu le succès avec un premier établissement, El Berro, à proximité du centre Dauphine.

Thibault, l’aîné, respire l’enthousiasme : « Avec mon frère, nous sommes issus d’une famille de commerçants dijonnais depuis plusieurs générations. Nous savons à quel point ce métier peut être difficile, mais nous ne pouvons que nous réjouir de l’accueil que les clients nous ont réservé. » Le Trinidad ne désemplit pas, en effet, quel que soit le jour de la semaine.

 

Comme à la maison

feb3-trinidad2Certes, l’établissement est bien placé « et bénéficie des nouveaux aménagements réussis de la place du Théâtre, qui ont permis l’agrandissement des terrasses », mais ce n’est pas tout.

Lors de notre visite (à la fin de l’hiver et en pleine semaine), surprise : nous assistons à un concert. L’établissement est plein à craquer. « C’est normal, nous sommes mercredi, jour du live. Ça attire beaucoup de trentenaires très fidèles. Mais en fait, c’est la même chose les vendredis et samedis avec nos soirées DJ. Évidemment on est ravis que cela marche si fort, mais surtout, on est assez fiers de notre clientèle. »

Celle-ci est très diverse et fédère plusieurs générations et typologies de Dijonnais « qui se sentent ici en famille, comme à la maison. On vient comme on est, du moment qu’on a un bon état d’esprit. Peu importe que vous consommiez trois bouteilles de champagne on un café. Vous êtes le bienvenu et vous pourrez facilement discuter avec les autres clients. »

Le Trinidad est ouvert à toutes et tous. Ce qui ne l’empêche pas d’être fréquenté par les « personnalités » de la région. « Peut-être, s’excuse presque Thibault, mais si elles viennent ici, c’est justement parce qu’elles savent qu’elles seront tranquilles, qu’on ne les jugera pas. Ici, pas de clan, surtout pas. En tout cas, avec nos équipes, tout le monde est accueilli de la même manière. »

En fin de compte, comment expliquer un succès si remarquable en si peu de temps ? « Nous n ‘avons pas de recette magique, si ce n’est que nous avons conscience de la réalité de notre époque. Parfois quand on voit les prix à Dijon, on se croirait à Paris ! Ça n’a aucun sens. Si on veut faire venir les gens, il faut avant tout les accueillir avec le sourire, mais aussi pratiquer des tarifs que je qualifierais de normaux. »
Voilà qui est dit. Et appliqué.

Le café à 1,40 euros, la bouteille d’un célèbre soda américain à 3 euros ou encore le verre de vin à partir du même prix. Même volonté côté cuisine, avec « aucun plat au-dessus de 13 euros ». (On vous conseille les burgers avec pain boulanger, composés, comme le reste de la carte, à partir de vrais produits frais.)

Avec sa décoration chaleureuse et moins stéréotypée qu’à l’habitude, une belle clientèle et un emplacement magique sur une place du Théâtre renaissante, le Trinidad est notre coup de cœur du printemps.

Le Trinidad
1 bis place du Théâtre,
21000 Dijon
06 65 61 59 98
Partages

Vous aimerez peut-être aussi