une saison, des fleurs sonnet de printemps

 

Depuis 20 ans, Gilles Sonnet et son équipe font voyager les sens. Les fleurs inspirent les poètes, elles permettent aussi aux fleuristes de créer à l’envi bouquets et compositions capables d’envoûter jusqu’aux âmes les moins sensibles. Gilles Sonnet enseigne régulièrement l’art floral. Voici ses coups de cœur et ses conseils pour un printemps fleuri.

 

La renoncule

160C’est une fleur simple et complexe à la fois, avec ses centaines de pétales. Il en existe environ 1500 espèces dans une multitude de couleurs, ce qui permet de facilement l’assortir. De plus, son effet boule apporte une touche graphique à une composition.

La renoncule a une belle tenue en vase et s’avère facile à entretenir et maintenir, à condition de bien couper les tiges et de changer l’eau régulièrement. C’est un atout charme dans une maison, que ce soit en bouquet ou en composition. Dans le jardin, on peut la mettre en plan, déjà démarrée pour plus de simplicité. Je fais venir les miennes du sud de la France, car on en trouve là de très bonne qualité. La renoncule est, je l’avoue, l’une de mes fleurs préférées.

 

L’Anémone

162

Une vraie fleur simple avec une seule série de pétales, même si elle appartient à la même famille que la renoncule. L’anémone se courbe vers la lumière et s’ouvre bien. Que ce soit en bleu, en rouge, en blanc ou en violine rosé, on la trouve aisément sous nos climats bourguignons. Elle s’avère idéale pour fleurir un balcon ou les bordures d’un potager, car elle se mélange bien aux légumes et sert même d’engrais quand on retourne la terre.

 

 

 

La Tulipe

161Elle prend des formes étranges, ce qui est un avantage indéniable. On peut la planter dans son jardin, mais il ne faut pas hésiter à la couper pour en faire un bouquet, cela permet de mieux en profiter, car le jardin n’est pas encore pleinement accessible quand elle fleurit.

On trouve des tulipes de nombreuses couleurs, même noires ou encore chamarrées avec plusieurs teintes. J’aime bien la tulipe pivoine, qu’on ne voit pas souvent mais qui mérite d’être connue. Quelle que soit sa tulipe, pour éviter qu’elle prenne une forme biscornue, il suffit de plonger un peu de cuivre dans le vase (des centimes de franc restés dans un tiroir font très bien l’affaire !) pour apporter de la rigidité à la tige.

 

La Jacinthe

164

Elle se caractérise par son parfum et sa forme élancée. On la travaille beaucoup en fleur coupée pour parfumer la maison. En blanc, jaune pâle, bleu, rose ou parme, elle apporte un côté sympa à une composition. Les impatientes pressées de la voir fleurir peuvent mettre les bulbes dans le bac à légumes du réfrigérateur en novembre, pendant trois semaines, avant de les replanter. Cela permet d’avoir une floraison en janvier plutôt qu’en mars-avril.

 

 

 

Le Dipladénia

159

 

Cette fois, il s’agit d’une plante à fleurs, plutôt d’extérieur, en pot ou en jardinière. Je le trouve rigolo, le dipladénia, mais surtout, c’est une jolie alternative à l’éternel géranium des balcons. Il apporte un peu d’originalité, qu’on le fasse grimpant ou tombant. Ses fleurs rouges, blanches ou roses se marient très bien avec une autre plante, l’heuchère par exemple, qui procure un contraste de forme et de couleur. Le bonus : cette plante demande très peu d’eau.

 

 

Les Sauges
163

 

Elles se plaisent aussi bien en pot qu’en pleine terre. C’est une plante vivace, colorée en bleu, rouge ou violet, et aromatique. Bien qu’elle ne soit pas parmi les fleurs les plus expressives, on en fait de beaux massifs ou de belles potées dont le parfum fait fuir les parasites. Les sauges sont également adaptées pour des bouquets champêtres agrémentés de laurier, de romarin ou de cyprès.

 

 

 

Gilles Sonnet
61 rue de Dijon
21121 Fontaine-lès-Dijon
03 80 55 64 77
Partages

Vous aimerez peut-être aussi