Au Rotary Club Dijon-Gevrey-Chambertin, on s’épanouit autour d’actions éducatives et humanitaires. C’est aussi valable pour les femmes, qui ont trouvé leur place dans ce club service historiquement masculin. Elles attachent la même importance à la devise « servir d’abord », avec un enthousiasme débordant.

Photo : Chloé Petit

Elles le disent avec conviction : « servir d’abord » est la devise du Rotary, qui regroupe plus d’un million d’hommes et de femmes à travers 170 pays. Celui de Dijon-Gevrey-Chambertin, comme les autres, agit pour l’intérêt général, non sans un esprit humaniste prononcé. Il suffit d’assister à une réunion pour comprendre que l’esprit de camaraderie est aussi ce qui rassemble les 44 membres, où l’on retrouve neuf femmes : Martine, Anette, Jocelyne, Christine ou Nathalie… toutes ont trouvé leur place. Ce n’était pas gagné, l’autorisation de la gente féminine datant de 1989 et certaines mentalités de 2016 encore un peu étroites… Le club présidé par Didier Foulont est un bel exemple de ce que les femmes peuvent apporter à une cause commune. Preuve suprême : Martine Baumgarten a été parmi les membres fondateurs du club il y a 25 ans. La première en Bourgogne. « Seule au milieu de 24 hommes, j’étais un peu l’échantillon test », s’amuse la pharmacienne tout juste retraitée. Jocelyne a vécu la même chose. Elle en sourit encore : « Ils avaient peur de ne plus pouvoir se raconter leurs histoires d’hommes, tout simplement. J’ai marché dans leur jeu et, passé ce test, ils ont été très aimables. »


UNE VRAIE SYNERGIE


Depuis, tous unissent leurs compétences et leurs sensibilités. « Nous sommes très complémentaires. Nous ne voyons pas forcément les mêmes choses, cela crée une vraie synergie » dit encore Martine, qui s’agace de voir le mot « parité » fleurir partout. Ici, on cherche plutôt le bien-vivre ensemble, l’efficacité des actions plutôt qu’une parité mathématique. « Une femme n’a pas a être l’égale de l’homme… » poursuit le président, avant de reprendre après une pause bien sentie : « Cela voudrait dire qu’on reconnait qu’elle est inférieure ! Les hommes et les femmes sont tout simplement différents, complémentaires. » Et ces dames apportent beaucoup, tout le temps. « Être rotarienne, ce n’est pas seulement le temps d’une réunion. Les 24 dents de notre roue symbolisent l’esprit de service à toute heure de la journée ! » Cela demande un investissement, surtout quand on est mère de famille, cheffe d’entreprise, bénévole… Les femmes s’y plient de bonne grâce. Servir d’abord !

Partages

Vous aimerez peut-être aussi