Propriétaire du Chat Noir et du Bal’tazar, Vanessa Le Mesnil est la marraine discrète de la nuit dijonnaise. Le jour, elle est une élue active et respectée à la CCI de Côte-d’Or. Une transformation « entre chien et loup », que la belle assume au volant de ce best-seller qu’est le 3008 de Peugeot. Chat et lionne s’entendent à merveille.

Les chiens ne font pas des chats : Vanessa vient d’une famille de noctambules. « Tout est parti de mon grand-père, qui avait des bals montés dans les années 60 », explique-t-elle avec tendresse. Ensuite, « les parents ont repris le flambeau », avant de rapidement se tourner vers les discothèques. La famille monte alors sa première boîte dans ces Vosges qu’elle aime tant. C’est la naissance du Pacha. À l’époque, seuls les frères s’activent la nuit tombée. « Ce n’était pas vraiment mon trip. Je faisais des études supérieures et ma mère me poussait pour que je devienne institutrice » se rappelle Vanessa, qui a fini par rentrer dans le rang : un établissement créé par les frangins à Nancy, et voilà que la belle et son mari Christophe reprennent le flambeau. Cinq années à faire leurs preuves, puis l’opportunité de racheter « Le Privé », une institution de la nuit dijonnaise.


CHEMISE OBLIGATOIRE


Rapprochement entre Chat et lionne à la nuit tombée. La gérante est ravie du mariage. © Christophe Remondière
Rapprochement entre Chat et lionne à la nuit tombée. La gérante est ravie du mariage.

Nous sommes en 2004 et, crime de lèsemajesté aux yeux des conservateurs de la nuit, nos deux jeunes chefs d’entreprise décident de tout changer. Nouveau nom, le Chat Noir, nouvelle déco et une autre proposition musicale. Les habitués sont un peu déboussolés. « Nous avions même imposé le concept de la chemise obligatoire, ce qui n’a pas plu à certains. On nous a promis une fermeture rapide… Sauf que cela a marché dès l’ouverture » s’amuse avec le recul Vanessa qui a depuis développé le Bal’tazar, voisin souterrain du Chat Noir au succès identique. Cet accueil « à la dijonnaise » n’empêchera pas le couple de s’intégrer facilement. Très vite, il s’est rapproché de la CGPME Côted’Or, « un syndicat patronal dans lequel nous nous reconnaissons bien, où les valeurs de solidarité et de travail sont mises en avant ». Cet engagement syndical a propulsé Vanessa juge au tribunal des prud’hommes, puis élue à la Chambre de commerce et d’industrie de Dijon. Des mandats arrivés « naturellement », qui tranchent avec le monde de la nuit et le déficit d’image dont il bénéficie parfois. « Il faut bien comprendre que la gestion d’une entreprise des loisirs nocturnes demande les mêmes qualités que pour n’importe quelle entreprise, précise notre essayeuse du jour. Sauf qu’on nous impose de plus en plus de règles. Par exemple, recevoir la clientèle et être responsable à sa place… » Petit coup de griffe en direction des décisions de fermetures administratives de bars et discothèques suite à un incident provoqué par un client alcoolisé.


SAM AU VOLANT


Peugeot 3008 - Femmes en BourgogneVanessa apprécie toutefois un « changement de mentalité » vis-à-vis de l’alcool au volant. « Tout est fait pour sensibiliser le client. Je trouve que les jeunes s’organisent mieux quand ils rentrent en voiture. Beaucoup identifient un Sam, c’est une bonne chose. » Par sa fonction, la gérante a naturellement un lien particulier avec l’automobile. Elle se dit « très attentive aux problématiques de sécurité ». Et après quelques minutes de route confortablement installée au volant du 3008, la propriétaire du Chat est tombée en admiration devant la lionne : « On voit tout de suite que la voiture a été bien pensée, avec de nombreux équipements d’aide à la conduite. Puis, ce genre de SUV permet d’être bien en hauteur et d’anticiper tous les pièges de la route et ceux de la ville. »

Peugeot 3008 - Femmes en BourgogneVoilà qui rassure notre essayeuse tout-terrain, par ailleurs « bluffée par sa facilité de prise en main. C’est un beau véhicule qui est assez imposant visuellement et pourtant on a un sentiment de dynamisme et même de légèreté une fois au volant ». La Vosgienne n’est pas la seule a en avoir fait l’expérience : la marque sochalienne croule sous les demandes pour son dernier-né, élue voiture Argus de l’année. « Peugeot a fait fort », fait-elle justement remarquer, au moment de poser devant son établissement. Elle ne dira pas le contraire, chat et lionne sont félins pour l’autre.


FICHE TECHNIQUE


 

MOTORISATION : ESSENCE, DIESEL

  • Moteur : 3 cyl. ou 4 cyl.
  • Puissance fiscale : 5 à 10 CV
  • Puissance max : 100 à 180 ch

TRANSMISSION

Aux roues avant, boîte à 6 rapports, manuelle ou automatique

POIDS ET MESURES

  • Dimensions (L x l x h): 4,44 m / 1,84 m / 1,62 m
  • Réservoir : 53 l

PERFORMANCES

Vitesse max : 188 à 207 km/h

CONSOMMATION

  • Urbaine : 4,2 à 6,4 l/100 km
  • Extra-urbaine : 3,5 à 4,9 l/100 km
  • Emissions de CO2 : 100 à 124 g/km

À PARTIR DE 25 900 EUROS (en essence)


 

Peugeot Dijon Nord : rue de Cracovie à St-Apollinaire – 03 80 70 70 70
Peugeot Dijon Sud : 5, rue Gay-Lussac à Chenôve – 03 80 51 52 53


 

Partages

Vous aimerez peut-être aussi