Bienvenue chez Kaveh et Thibault ! Les frangins les plus connus de Dijon ont fait du Trinidad, place du Théâtre, un incontournable des terrasses dijonnaises. Surtout, l’établissement cultive un style incomparable et une démarche responsable. Bref, tout pour plaire à notre chroniqueuse Laeticia.

Rien que pour sa terrasse, l’une des plus ensoleillées de la ville, le Trinidad est pour moi the place to be pour prendre un verre à Dijon. On s’y pose à l’abri du vent et des tarifs exorbitants : ici, le café à 1,40 euro n’a pas changé d’un poil. Puis, à la tombée du jour, cette place magnifique et animée prend des airs de belle italienne. Le murmure des conversations, les rires, le tintement des verres à l’apéro… L’ébullition de la terrasse du Trinidad est le signe du retour des beaux jours.

Kaveh et Thibault m’expliquent que leur sympathique équipe sert en moyenne 500 bières par jour. Les Dijonnais ont soif ! Le duo fait les choses bien puisqu’il stocke ses fûts dans la fraîcheur de caveaux plusieurs fois centenaires, sous le parquet et les tommettes des deux salles à la déco à la fois improbable et chaleureuse.


HIPSTER CHILL


Dans cette ambiance cosy faite de poutres, de pierres et de métal, rien n’est assorti mais tout s’accorde ! Les tables en bois, les chaises, les canapés, les banquettes et les fauteuils chinés totalement dépareillés, les tonneaux, les coussins, les statuettes et les ardoises, le piano en accès libre, l’espace dédié à l’actu culturelle de la région, l’immense table de convivialité… Il y a de quoi s’occuper sous le regard du « gardien des murs », cette grande statue de Jésus faisant le lien entre les valeurs des frangins et le passé des lieux.

Puis, cette musique souvent hipster chill, avec en prime quelques groupes locaux soutenus par Kaveh et Thibault, donne tout de suite une couleur à la brasserie. Tout est conçu pour faire oublier les soucis. D’ailleurs, venir seule au Trinidad n’est pas un problème. La douzaine de filles et de mecs qui travaillent ici sont aux petits soins, quelle que soit l’heure et l’affluence. Ici, c’est promis, l’apparence et la culture ne comptent pas. Les amateurs de bonne viande autant que les « vegans » sont choyés et se côtoient dans la bonne humeur.


CIRCUITS COURTS


Thibault m’a ouvert exceptionnellement les portes des cuisines. Les cuisiniers travaillent une carte exigeante, privilégiant les circuits courts. Tout pour faire honneur à la maman des deux gérants. Professeure de yoga renommée sur Dijon, elle a élevé ses deux fils dans ce respect de la nature et des bonnes choses qu’elle peut offrir. Les œufs cuisinés au Trinidad dont donc ramassés à la main dans une ferme. Ce système « contribue à faire vivre dignement une quarantaine de poules en liberté », dit l’un des frangins, attaché à chasser huile de palme, viandes étrangères et consommation d’énergie excessive.

Place aux plats ! J’ai un faible pour les salades du Trinidad. Je les trouve légères et variées. La vinaigrette, délicieuse, est faite maison et les cubes de comté sont généreusement disposés dans l’assiette. Rien de sorcier, mais c’est tellement simple et bon !


VIVE LE BOURGOGNE !


Mais la spécialité de la brasserie reste le burger. Je vous conseille ce pain venant tout droit d’une boulangerie dijonnaise : il est d’un moelleux incomparable, avec une belle farine dorée, sans graisse et constellé de poivrons. La recette phare de l’établissement ? Le Bourguignon, évidemment ! Avec époisses de la fromagerie Berthaut s’il-vous-plaît !
Mention spéciale au chicken avec ses pommes de terre Agata (un régal) et ses véritables filets de poulet. Je retiendrai aussi l’assiette burger à 10 euros… Kaveh et Thibault n’ont pas eu de mal à me séduire avec toutes ces propositions. Puis, les deux propriétaires sont aussi charmants que leur établissement. Ce qui ne gâche en rien le plaisir !

Partages

Vous aimerez peut-être aussi