Maquilleurs, maquilleuses, coiffeurs, coiffeuses, vous êtes nos anges gardiens ! Véronique Zeroual, directrice de l’école Futura depuis vingt-cinq ans, ne dira surtout pas le contraire. Elle forme chaque année environ 200 élèves, parfois pour de prestigieuses maisons, dont le métier est de rendre plus belle la vie.

Capture d’écran 2017-05-02 à 09.27.27Elle a commencé par des études de biologie, puis a fait un tout petit pas de côté pour suivre la branche cosmétique. À la force du pinceau, Véronique Zeroual est devenue maquilleuse pour les plus grands, de Guerlain à Weill. Autant d’expériences qu’elle a « naturellement voulu réinvestir », en devenant quelques années plus tard professeur d’une école dont elle a fini par reprendre les rênes. Soit sous sa responsabilité directe quelque 200 élèves répartis dans dix formations esthétique et coiffure, du CAP au BTS.

L’école Futura, basée à Quetigny, est en effet un centre de formation de choix, que sa directrice a modelé pour répondre aux attentes de prestigieux recruteurs. Paris n’est pas le seul endroit où former les futurs employés de grandes maisons, en témoignent les certificats de qualification professionnelle spa praticien, spa manager, maquilleur et styliste ongulaire dont dispose l’école Futura. « Aucun autre diplôme n’existe pour ces métiers, insiste sa représentante. Il s’agit donc de cursus reconnus par l’Etat, que nous avons en exclusivité sur la région, pouvant se suivre en alternance ou en parcours classique. »

Chef d’entreprise avertie, Véronique Zeroual connait les attentes de la clientèle et des recruteurs qui viendront vers ses élèves. Toujours enclin à balayer ces clichés trop connus de l’esthéticienne ou de la coiffeuse, la directrice souhaite avant tout former des professionnels compétents, avec un regard sur leur métier et une image irréprochable. « De grandes marques comme Loréal ou les plus grands spas se tournent vers nous pour recruter leur personnel, nos élèves doivent donc être à la hauteur », avertit cette femme de convictions et de caractère. C’est le prix à payer pour rendre la vie plus belle.

Partages

Vous aimerez peut-être aussi