Une étude cent pour cent féminine, une origine et une posture rurales revendiquées : des paroles aux actes, Angélique Godard de Donville savoure pleinement sa mission de notaire à la campagne. Fidèle comme jamais à son Montbardois chéri.

Ce village, il faut aller le chercher à une quinzaine de kilomètres de Montbard et Semur-en-Auxois. Moutiers-Saint-Jean n’a rien d’ordinaire. Edifié autour de la plus ancienne abbaye de Bourgogne, il abrite une des plus belles apothicaireries de la région. Un petit bourg historique qui ne laisse personne indifférent. Angélique Godard de Donville vient de là et s’en fait une fierté, comme en témoigne la maison de ses grands-parents retapée avec son mari.
Avant elle, bien avant elle, il y eut aussi un notaire et tabellion royal du nom de Pierre Melot, présenté par Wikipédia (sous toutes réserves donc), comme l’une des trois personnalités de la commune avec l’ingénieur Jacques-Antoine Viard et le peintre Vincent-Nicolas Ravérat. Entre patrimoine et ruralité, certains destins s’écrivent très tôt : « Alors que je préparais mon mémoire, je faisais la traite des vaches le matin, chez mon grand-père éleveur ! »


NOTAIRE GÉNÉRALISTE


 

Aujourd’hui, Angélique Godard de Donville a 43 ans. En 2006, après un parcours entre Dijon et Paris, elle a rejoint à Montbard Maître Valérie Roblot, dans une étude cent pour cent féminine. « Les grands espaces m’appelaient, je suis un garçon manqué », admet la juriste « passionnée par le droit rural, (s)on dada ». Aussi, entre ville et campagne, le défi diffère : « Entre 2002 et 2006, à Dijon notamment, j’ai participé à beaucoup de problématiques liées à des sociétés, dans le cadre de fusions et absorptions, surtout, le travail est sectorisé alors que chez nous, on est plus généralistes. »
Être généraliste, cela veut dire gérer les dossiers dans leur globalité, ne rien négliger, en assumer la totale maîtrise. « Avec mon associée, nous avons ainsi fait le choix de rédiger nous-mêmes les actes », témoigne et assume Maître Godard de Donville. Avec 800 actes par an à son compteur, la petite étude montbardoise ne chôme pas. Il est vrai aussi que sous la bienveillance de Buffon, on sait ce que plancher veut dire dans le nord de la Côte-d’Or.

En partenariat avec les notaires de Côte-d’Or

Partages

Vous aimerez peut-être aussi