La place de la Libération se dote d’une union commerciale des plus actives, au sein de laquelle les femmes ont leur mot à dire et pas qu’un peu. La preuve avec Sandrine Guyot qui fait le max pour la belle place.

Par Olivier Mouchiquel Photos : Christophe Remondière

Elle porte bien son nom, la place de la Libération. Libération de Dijon en 1944, et aujourd’hui de la parole des femmes commerçantes : en créant avec ses confrères et consœures l’Union commerciale Libération, Max Rebouillat, propriétaire du restaurant Le Chanoine, tenait fermement à ce que les femmes y soient représentées.

Une représentation très motivée : directrice de la banque privée, Sandrine Guyot (en photo à droite) tient activement les rênes de la vice-présidence, remportant avec son équipe un premier succès en décembre avec les animations de Noël.

Jouer collectif

Tout le monde joue collectif pour animer l’une des plus belles places de la ville. Dans les chalets achetés et montés par les restaurateurs eux-mêmes, on s’arrête du lundi au dimanche pour causer autour d’un vin chaud, en admirant le palais des ducs dans toute sa splendeur. À l’avenir, Sandrine souhaite associer les commerces des rues Rameau et Vauban et du bas de la rue de la Liberté, et surtout inviter les Dijonnais à redécouvrir cette place incontournable. Max acquiesce en toute simplicité : « C’est quand même beau, ici. Quand tu sors le soir, tu en prends plein les yeux. »

L’endroit a bien changé : les Grands Ducs ont laissé la place au Temps des Ducs, les Enfants du Rock viennent d’arriver, la Diva remplace la Lib. Dans la salle du XVIIe siècle du Chanoine, on déguste escargots et burgers à l’époisse. Le Pré aux Clercs repart vent en poupe près du Café Gourmand, doyen ou presque des lieux. Leur voisin le Rich’Bar s’épanouit lui aussi. Sandrine est épaulée par Virginie Beyou, gérante de la boutique Jacques Morizot, institution du prêt-à-porter féminin haut de gamme, et Sylvie Joyerot, qui accueille les futurs mariés dans son atelier-appartement 1001 Oui, un concept store proposant plus de 1 000 modèles d’alliances s’il-vous-plaît (lire Femmes en Bourgogne  n°7).

Grand banquet

Des projets ? Les concerts reviennent aux beaux jours, improvisés ou avec le festival Garçon la note. Et puis chut, c’est secret : on ne sait pas si le barde sera pendu à la Tour Philippe le Bon mais Sandrine planche avec Shop in Dijon sur un possible grand banquet de printemps sur la place…

Union commerciale Libération
Le Chanoine
10 place de la Libération

09 81 68 93 83
max@lechanoine.fr

Partages

Vous aimerez peut-être aussi