Grande nouveauté 2018 du MuséoParc Alésia, le MuséoFab forme petits et grands aux techniques artisanales antiques. Médiateurs culturels et artisans mettent à votre disposition des compétences, des outils et des matières premières pour repartir avec un joli souvenir. Fabuleux fab, par Toutatis !

Propos recueillis par Alexis Cappellaro / Photos : Jonas Jacquel

La proposition a de quoi séduire. Chaque week-end, jour férié et vacances scolaires, au moins un artisan de référence dans son domaine (vannerie, céramique, tissage, origami, cuisine…) vient au MuséoFab pour faire découvrir son métier. Sous la bienveillance d’un médiateur culturel, le visiteur peut participer, sans supplément au droit d’entrée, à une expérience originale et inoubliable. Il touche du doigt, au sens propre du terme, la matière et repart avec un objet de sa fabrication. Femmes en Bourgogne était là, en famille, un beau samedi presque printanier, pour découvrir le travail du cuir et le cousu-main. Thibaut Collet et Joanne Millet-Brasquer étaient nos précieux et très agréables guides. Interview.

Votre collectif Anatis Ordo est basé sur la reconstitution historique. Le Centre d’interprétation d’Alésia est-il un terrain de jeu tout trouvé pour vous ?

Oui tout à fait ! La reconstitution historique est l’un des moteurs de notre collectif et de notre appartenance à d’autres groupes d’amoureux de l’Histoire Vivante. Pour alimenter nos productions et participations à des événements de diverses époques, nous effectuons de nombreuses recherches dans des musées, livres, sur internet ; effectuons des stages ou rencontrons d’autres passionnés… Le MuséoParc possède de multiples facettes auxquelles nous, reconstituteurs, sommes automatiquement sensibles : expositions permanentes et temporaires mais surtout une manière vivante de présenter le site d’Alésia et ses enjeux ! L’Histoire s’anime sous les yeux des visiteurs et nous avons la chance de pouvoir aussi en être les acteurs et de partager avec eux une partie de notre expérience.

2018-03-17-studimag-alesia-cuir-Jonas-Jacquel-27

On les caricature volontiers incapables de leurs 10 doigts car nés à l’ère numérique. D’après votre expérience au MuséoParc, quel rapport entretiennent les jeunes avec la conception manuelle ?

La curiosité et l’enthousiasme – avec une pointe de concentration ! – sont les principales qualités pour faire marcher ses dix doigts. Et les enfants, malgré tout, en ont toujours beaucoup à revendre. Nous avons observé lors de nos ateliers que certains jeunes étaient même plus « productifs » que leurs parents ! Plus de concentration ? Une meilleure capacité d’abstraction ? La question a le mérite d’être posée…
En tout cas, l’ère numérique ne touche pas que les jeunes et les adultes sont aussi vivement invités aux ateliers. Faire travailler ses mains, c’est aussi se vider la tête et passer un moment de détente, de pause, où l’esprit est uniquement focalisé sur le travail de la matière… Dans une époque où nous sommes extrêmement sollicités, cela fait du bien. Et cela permet à chacun de se découvrir des talents cachés !

Votre démarche technique permet de glisser au passage quelques mots sur les modes de vie de l’époque. Le jeune public est-il curieux de cette « histoire vivante » ?

Il est très réceptif : le concret parle toujours plus que la simple évocation. Les visiteurs faisant déjà la démarche de venir au MuséoParc sont curieux et ne demandent qu’à découvrir l’artisanat ainsi que les us et coutumes des Gaulois, à partir de la base que nous leur présentons et de l’apport des médiateurs culturels. Nous apportons un soin tout particulier sur le choix des matériaux avec lesquels nous travaillons : par exemple, nos fils de laine sont teintés avec des plantes déjà utilisées à l’époque, le cuir tanné végétalement, les outils sont sourcés. Rien que cela est un véritable point de départ pour d’innombrables discussions en fonction des affinités de chacun.

Plus simplement, et pour conclure : avez-vous passé un bon moment ?

Nous pouvons répondre franchement que oui ! Au-delà du cadre et de la chance d’être à côté de chez soi, nous apprécions le dynamisme et la gentillesse de l’équipe du MuséoParc mais aussi les échanges avec les visiteurs. C’est agréable de les voir progresser dans l’élaboration de leur tissage ou fabrication de leurs pochettes en cuir. Leur satisfaction du travail accompli est égale à celle de les avoir accompagnés !


Les ateliers du Muséo Fab

Cuir
Avec Thibaut Collet et Joanne Millet-Brasquer. Les 12 et 13 mai, 23 et 24 juin, 10 et 11 novembre.

Vannerie
Avec Laurence Aigon, les 26 et 27 mai, les 22 et 23 septembre.

Origami
Avec Elsa Rambour, les 29 avril,
1er mai, 30 juin, 1er juillet,
13 et 14 octobre, 17 et 18 novembre.

Céramique
Avec Fiona Moro et Pierre-Alain Capt, du 7 au 22 avril, les 2 et 3 juin
(cuisson expérimentale),
les 29 et 30 septembre.

Tissage
Avec Joanne Millet-Brasquer
ou Marie-Pierre Puybaret,
du 5 au 11 mai, les 9 et 10 juin,
6 et 7 octobre.

Panoplies
Avec Laurence Aigon du 20 au 28 octobre, puis avec les médiateurs culturels à partir du 29 octobre.
Tous les jours pendant les vacances
de la Toussaint.

Tabletterie
Avec Jean Ladjajd, du 19 au 21 mai
et les 8 et 9 septembre.

Cuisine romaine
Avec Mireille Chérubini,
les 24 et 25 novembre.

De 10h à 12h30 et de 14h
à la fermeture du site
Sans supplément au droit d’entrée et dans la limite des places disponibles


MuséoParc Alésia
1 route des Trois Ormeaux à Alise-Sainte-Reine
03.80.96.96.23 – www.alesia.com

Partages

Vous aimerez peut-être aussi