Toujours à la recherche d’une nouvelle aventure, Lise a suivi les bons plans d’Aventures Mômes pour une passionnante virée morvandelle sur le site de Bibracte. Notre chroniqueuse en herbe se sent plus gauloise que jamais !

Par Lise
Photos : Christophe Remondière

Bibracte, me voilà ! Après à peine deux heures de route depuis Dijon (je n’aime pas la voiture normalement mais là, les paysages étaient très beaux) j’arrive sur le site où, il y a très longtemps, une ville gauloise fortifiée existait. On appelle ça un oppidum, j’adore ce mot. Mon papa m’apprend que c’était même la capitale d’un peuple, les Éduens. Comme nous avec Paris maintenant ! Bon, ce n’est pas tout à fait la même chose. Mais quand même, c’est passionnant de pouvoir visiter les fouilles archéologiques et le musée. J’adore l’entrée ! Jusqu’en novembre, il y a une exposition sur la monnaie : une collection de 150 ans de fouilles ici, sur le Mont Beuvray, et d’autres objets prêtés pour l’occasion. Il doit y en avoir pour des sous là-dedans ! Ils ont dû prévoir une sacrée tirelire…

Monnaie, monnaies

Dans le musée, je suis accueillie par Sandrine et Antoine. Très gentils, ils trouvent les mots adaptés pour m’expliquer ce que je vais découvrir. L’audio-guide et le livret découverte, c’est super bien pour s’y retrouver. Et tout est très bien pensé avec des maquettes et des tablettes tactiles. C’est propre, c’est grand et calme… Tout ce que j’aime.
En fait, j’apprends vite que la monnaie, ce n’était pas que des pièces à l’époque. L’essentiel est que l’objet soit facile à transporter, qu’il se conserve dans la durée et que sa valeur soit acceptée par tout le monde. C’est une bonne chose je trouve ! Papa m’a expliqué que c’était un peu pareil aujourd’hui : on a les pièces, mais aussi les billets, les chèques, les bons d’achat (le truc qu’il prend toujours à maman pour son anniversaire)… Je comprends mieux. Au Ier siècle avant notre ère, les Celtes étaient très forts : ils fabriquaient leurs propres pièces ! Si seulement on pouvait faire pareil aujourd’hui, ce serait plus facile pour m’acheter la grande piscine que je veux dans le jardin…

Déjeuner gaulois

Les visites, ça creuse. Surtout pour moi : j’ai vite le ventre qui fait des glouglous. On aurait pu prendre un panier pique-nique mais je voulais tester le Chaudron, ce restaurant qui nous fait découvrir la cuisine gauloise chaque midi et le mercredi soir en été. Ça me fait penser à Asterix et Obélix, quand à la fin, ils mangeaient des sangliers entiers autour d’un grand feu. Et bien figurez-vous que ce n’est pas très vrai ! Les Gaulois en mangeaient rarement.
J’ai aussi appris que les paysans gaulois élevaient des volailles et du bétail, qu’ils utilisaient des plantes aromatiques pour assaisonner, qu’ils connaissaient et exploitaient le sel mais ne sucraient qu’avec du miel. On a su tout ça grâce aux fouilles des fosses à détritus des habitants de Bibracte, vous vous rendez compte ? C’est passionnant. Et la nourriture était super bonne, dans une vaisselle celtique avec cuillère en bois et couteau (pas de fourchette !). J’ai même appris à parler le gaulois grâce au menu : banuos (jeune porc), iaros (poule), argios (blanc), abalo (pomme)…J’ai adoré la salade de lentilles et le lard croustillant. Et le fromage frais au miel, un régal ! Puis, j’ai pu patienter avec la dînette gauloise, des puzzle et des jeux sur les sets de table.

Le site archéologique

14h30, c’est l’heure d’une visite guidée du site archéologique. Ça fait du bien d’être dehors. On peut faire confiance à notre guide Hubert : il sait tout sur tout ! Il m’a dit beaucoup de choses intéressantes à propos des vestiges (j’ai du mal avec ce mot, j’ai dit « vertige » tout l’après-midi !) de la ville. Vous saviez que Bibracte était l’une des villes gauloises les plus caractéristiques et les mieux préservées ? Et qu’avec ses remparts et ses quartiers elle s’étend sur 200 hectares, soit presque 300 terrains de foot ? Puis, la vue est magnifique sur la campagne du Morvan. Papa m’a fait rire, il m’a dit que pas loin un village s’appelait Poil.

Je ne sais pas si je dois le croire…

Atelier 6-12 ans

Place à la pratique ! Dans la foulée, Hubert nous a fournis à chacun une caisse remplie de sable pour une super animation : apprenons les gestes de base de l’archéologie, les outils avec lesquels travaillent les pros, les procédures de fouilles et le raisonnement à avoir sur un site. Ça m’a vraiment intéressé, le métier d’archéologue est vraiment beau et utile. C’est fou de découvrir autant de choses sur l’histoire ! Peut-être qu’un jour, dans très longtemps, on fouillera à l’endroit de ma maison et on trouvera mes vieux jouets. D’ici là, j’aurais eu le temps de découvrir plein d’autres choses. Et je reviendrai à Bibracte, promis. Parole de Gauloise !


Musée ouvert tous les jours (10h-19h et jusqu’à 22h les mercredis) en juillet et août.
Visites guidées tous les dimanches des vacances scolaires (sauf le premier dimanche du mois) à 10h30
(durée 1h30, tarif 12 €). Groupes sur réservation (03 85 86 52 36).
www.bibracte.fr

Partages

Vous aimerez peut-être aussi