Le changement de propriétaire accompagné d’une ambitieuse rénovation fondent le nouveau destin du château de Saulon-la-Rue. L’établissement chasse les étoiles, innove dans la permaculture et fait le lien entre la métropole dijonnaise et les grands crus de la Côte avec une hospitalité bien bourguignonne. L’assurance d’une douce vie de château.

Photos : Enola Dovetta

Il est l’évident lien entre la métropole et les majestueux ceps environnants. Le château de Saulon-la-Rue a depuis cet hiver un nouveau propriétaire, Thierry Goux. En s’intéressant à cette belle demeure érigée au XVIe siècle, l’ambassadeur du cabinet d’architecture parisien Rinck savait où il mettait les pieds. Et ne manque pas de profiter  de ce site privilégié et de sa géographie avantageuse. Il sait aussi ce qu’il doit aux frères Petitcolas, qui ont donné vie au lieu pendant vingt ans. Christian Baudry, le directeur de l’établissement, assume également cet héritage et vise une quatrième étoile après « de très importants travaux d’embellissement, afin de remettre en valeur l’ADN des lieux. Les propriétaires ont souhaité que toute l’imagerie du XVIIsiècle soit bien présente, entre élégance et sobriété ».
De ce point de vue, rien n’a été laissé au hasard. Mobilier d’époque chiné auprès des antiquaires de la région, gravures de Dijon et de la Bourgogne, parti pris coloré, tapis et tapisseries à motif…. Les grands salons, le bar et le jardin d’hiver ne s’en portent pas plus mal, avec l’ajout de boiseries inspirées des châteaux scandinaves et d’un plafond à moulures présentant des corniches très travaillées. Aux murs, des tons pastel donnent la petite touche finale.

Comme à la maison

Tout ceci n’est pas étonnant. Rinck est un ensemblier-décorateur fondé en… 1841, dont le savoir-faire en matière de fabrication de meubles et boiseries est éprouvé. Labéllisé Entreprise du Patrimoine Vivant (une rareté dans ce domaine), le groupe intervient dans l’aménagement de sites d’exception tels que le Meurice et le Plaza Athénée, pour ne citer qu’eux.Une belle carte de visite sur laquelle figure le château côte-d’orien, qui propose désormais 32 chambres réparties entre le bâtiment principal et les dépendances, ainsi que trois grandes salles de conférence, dont deux salons dans le château avec lumière naturelle. Un bar, une verrière, un salon et une bibliothèque complètent le corps de logis, entouré d’un parc arboré de 27 hectares, d’une piscine chauffée extérieure, d’un jardin d’agrément et d’un terrain de tennis. Les arguments ne manquent pas pour attirer une clientèle bourguignonne ou étrangère. Pour cette dernière, les touristes frontaliers, anglais ou asiatiques sont souvent sensibles au lieu. « Nous sommes perçus, certes comme un lieu chic et d’exception, mais où l’atmosphère est conviviale, tranche le directeur. Un peu comme si vous alliez dans une demeure de famille. » De bonne famille s’entend.

Objectif macaron

Difficile de donner tort à Christian Baudry : on se sent vite à l’aise dans cet écrin de verdure, où trône en bonne place un potager et un verger. Derrière cette permaculture, le talentueux chef Mohamed Henni, qui n’hésite pas à élaborer un menu autour du végétal sur les bases de ce circuit court. Le jeune as du piano a fait ses armes à l’école hôtelière de Strasbourg avant une expérience fondatrice chez l’étoilé Le Clair de la Plume à Grignan, dans la Drôme. Là aussi les ambitions sont fixées : décrocher un macaron au guide Michelin. Pas pour faire joli, mais pour capitaliser sur une « cuisine gastronomique et abordable, d’inspiration avant tout, aux influences méditerranéennes ». La formule du midi, deux plats pour seulement 20 euros, a de quoi charmer.  Elle est à l’image de ce château à tout juste 10 minutes de Dijon, dont la terrasse laisse présager de chaudes soirées d’été à siroter un cocktail en profitant de la vue sur le parc et la piscine. Et de rêver d’un séminaire dépaysant ou d’un mariage de princesse, pourquoi pas. Tout est possible. Avec ce shooting, Femmes en Bourgogne propose de goûter un peu à la vie de château… Charlotte et Marie en ont fait l’expérience, dans un esprit bohème qui sied bien à l’endroit. Ce fut mémorable, parole de châtelaines.


Remerciements

Modèles
Charlotte Manchon et Marie Dovetta
Habillage
Show-Rooms, 8-10 rue Vannerie à Dijon
Le 4, 4 rue Quentin à Dijon
Fan de Soie, 22 rue Michelet à Dijon – www.fandesoie.com
Coiffure
Anthony Oliveira
Maquillage
Roxane de l’institut Aromatic S à Brochon
Fleurs
Gilles Sonnet, 61 rue de Dijon à Fontaine-lès-Dijon
Photographie
Enola Dovetta, 07 81 52 16 96 – www.enoladovetta.com
Cadre
Château de Saulon, 67 rue de Dijon à Saulon-la-Rue
03 80 79 25 25  www.chateau-saulon.com
Merci à Nudant Automobiles pour le prêt de la magnifique Jaguar XJ.

Partages

Vous aimerez peut-être aussi