Julie Eluecque-Toletti est audioprothésiste à Dijon pour Amplifon. Depuis plus de vingt ans, elle est à l’écoute de ses clients et des évolutions d’un secteur qui a pris le tournant des nouvelles technologies. L’experte s’y connait en solutions auditives, c’est chose entendue.

En matière d’audition, les idées reçues ont parfois la vie dure. Premier exemple : les problèmes d’écoute ne touchent qu’un nombre très restreint d’individus. Pas vraiment : 360 millions de personnes dans le monde aujourd’hui en sont atteintes, mais surtout plus d’un milliard de jeunes de 12 à 35 ans risquent demain de souffrir de déficience auditive suite à une exposition excessive au bruit*. Autre exemple : les appareils auditifs ne s’adressent qu’aux hommes âgés. Faux ! Les femmes, les jeunes et les enfants peuvent être concernés. La surdité n’est pas liée qu’à l’âge. Elle peut aussi être due à des causes génétiques, à une trop forte exposition au bruit, à certaines maladies infectieuses, toxiques… Elle touche indifféremment, même si ses caractéristiques sont propres à chacun.

Technologies de pointe

Julie Eluecque-Toletti connaît bien ces problématiques. Audioprothésiste chez Amplifon à Dijon, elle reçoit, écoute, conseille et appareille depuis près de vingt-cinq ans des patients en difficulté auditive. Une expérience qui lui a permis de voir les outils à sa disposition évoluer énormément et s’adapter aux nouvelles technologies. Le temps des appareils massifs, voyants et peu esthétiques, est loin derrière. Les nouveaux dispositifs auditifs ont bien changé. « Ils sont maintenant très discrets, voire indétectables pour les intra-auriculaires qui se placent dans l’oreille », précise l’experte qui travaille avec toutes les marques. À l’heure de l’intelligence artificielle intégrée dans les aides auditives et des applications pour malentendants, ce ne sont plus des prothèses, mais de vrais systèmes de communication. « Ils peuvent offrir une connectivité sans fil des plus sophistiquées, permettant par exemple de recevoir directement dans les oreilles le son de sa télévision, de son téléphone ou de son ordinateur, tout en gérant soi-même le réglage du volume », détaille l’audioprothésiste. « Soit un vrai kit mains libres intégré dans la vie de tous les jours, y compris en voiture. » Des avancées techniques et esthétiques qui facilitent, normalisent et décomplexent le quotidien des malentendants, qu’ils soient actifs ou retraités.

Julie Eluecque-Toletti est la manager du district Bourgogne-Franche Comté-Champagne d’Amplifon : 33 centres, soit 54 salariés dont plus de la moitié sont des femmes.

Accompagnement humain

La décision de se faire appareiller n’est pas toujours facile à prendre. De nombreuses personnes hésitent longtemps, trop longtemps parfois, au risque de laisser leur audition, mais aussi leurs capacités cognitives, se dégrader encore plus. Julie en a bien conscience : « Mon rôle consiste souvent, lors du premier contact, après bilan médical, à dédramatiser la situation et à rassurer. C’est pour cela que chez Amplifon, nous prenons le temps de suivre un protocole très précis de tests pour trouver la solution la plus adaptée à chacun au niveau acoustique, esthétique, mais aussi financier. » Si actuellement les appareils sont faciles d’entretien et simples d’utilisation, l’audioprothésiste reste cependant présente à toutes les étapes de leur durée de vie, depuis l’essai gratuit de quatre semaines pour tester le dispositif choisi jusqu’aux réglages sans frais réalisés chaque trimestre.

Un métier d’avenir

Pour devenir audioprothésiste, Julie a suivi une formation spécifique de trois ans, accessible sur concours et validée par un diplôme d’état. « C’est un très beau métier, basé sur le relationnel, l’empathie et la technique », souligne cette grande amatrice de golf qui assure également l’assistance aux réglages d’implants cochléaires au service ORL du CHU de Dijon. « C’est aussi un métier qui se féminise de plus en plus et qui offre de nombreuses possibilités d’embauche », rajoute-t-elle. Elle sait de quoi elle parle : elle est aussi manager des audioprothésistes du district Bourgogne-Franche-Comté-Champagne  (tout ça !) pour Amplifon. Le message est passé. À bon entendeur…

* Chiffres OMS (Organisation mondiale de la Santé), 2015


Amplifon Dijon centre-ville
17-19 boulevard de Brosses
03.80.30.20.00 – www.amplifon.com

Partages

Vous aimerez peut-être aussi