Parés de rose, ouverts aux familles comme aux amis, les parkings sous-terrains de la métropole n’ont plus rien de l’imagerie baroque des films de gangster. De Divia à Divio, Femmes en Bourgogne a emmené quelques modèles pour une promenade souterraine des plus agréables, en toute sécurité. Bienvenue sous Dijon !

Photos : Enola Dovetta 

L’obscurité, les installations vieillissantes, la peur de l’agression ou de la carrosserie rayée… On ne va pas se mentir : l’idée de se garer dans un parking souterrain, à Dijon ou ailleurs, n’est pas toujours rassurante. Ça, c’était avant. Aujourd’hui, l’époque est à la smart city : les DiviaPark deviennent des lieux de service. Visite guidée avec Dominique Martin-Gendre et Bernard Baron.

Vingt-six ! Vingt-six ans sans rénovation, ça vous vieillit un parking. De l’eau a coulé sous « Darcy » depuis son inauguration en 1992. Dijon Métropole et Keolis Dijon Mobilités ont donc sorti les grands moyens. Bernard Baron, le directeur client et stationnement est satisfait : « Il y a clairement un avant et un après. Après deux mois de travaux, le parking Darcy a rouvert métamorphosé, repeint du sol au plafond avec des couleurs vives, différentes à chaque niveau et une signalétique plus claire. » La galère pour retrouver sa voiture, c’est terminé. On sait qu’on est au niveau rose, orange ou vert. Finie, aussi, l’angoisse du virage : une nouvelle peinture antidérapante a été posée.

Les systèmes de paiement nous simplifient la vie. La carte bancaire est acceptée jusqu’à la barrière de sortie. Et quand vous avez payé votre ticket à la caisse automatique, inutile de retourner votre sac pour le retrouver : le système de lecture des plaques ouvre automatiquement la barrière. Tellement pratique que tous les parkings en sont équipés. Petit bonus : vous possédez le badge Liber-T APRR ? Vous rentrez et sortez librement, comme sur l’autoroute.

Poussette et table à langer

Côté sécurité, « les caméras et un agent de parking assurent la surveillance 24h/24, et les éclairages ont été remplacés par des LED plus qualitatives ». C’est même vertueux pour l’environnement, car « le dispositif qui éteint une led sur deux quand il n’y a personne génère une économie de 30% ». L’autre grand changement, c’est la proposition de services. Les parkings sont maintenant des espaces d’accueil à part entière. À Darcy, « on vous prête un démarreur de batterie, un aspirateur, une poussette, une table à langer ou un fauteuil roulant. On peut vous regonfler les pneus, vous avez des cireuses de chaussures, une consigne pour les motards qui veulent déposer casques et gants… ».

Comme les DiviaPark Darcy et Sainte-Anne, Tivoli et Condorcet ont été repeints et tous les sanitaires ont été changés. Ce n’est que le début. L’aménagement des DiviaPark Grangier et Dauphine est prévu en 2019 «  et bientôt ouvrira un parking aérien de 460 places à Monge. » Bernard Baron insiste enfin sur l’appli DiviaMobilités, qui indique l’emplacement du Divia Park le plus proche et donne en temps réel le nombre de places disponibles. Les commerçants, en partenariat avec Shop in Dijon, peuvent offrir des tickets de 2h à leurs clients, ce qui est considérable. « Placés en hyper centre, les parkings coûtent moins chers qu’une place dans la rue dès une heure de stationnement. Et vous ne tournez pas sur plusieurs kilomètres pour vous garer. » CQFD !

Londres… et Dijon !

Dominique Martin-Gendre affirme volontiers l’engagement de la métropole dans cette remise aux normes. Il est sonnant et trébuchant : 7 millions d’euros. L’adjointe en charge des équipements, des travaux urbains, de la circulation et de la politique de l’âge n’hésite pas à élargir le propos : « Dijon a un atout, l’intermodalité. Voiture, transport en commun, vélo… on peut utiliser tous les moyens de transport imaginables pour accéder en centre-ville, avec en prime les navettes gratuites, les stations DiviaVélodi, les arceaux vélo que nous implantons. Nous venons d’équiper le square des Ducs, la rue des Godrans, la place de la Banque. »

Ensuite, on déambule tranquillement dans un secteur piétonnier qui respecte les commerces et les touristes, avec une circulation fluide. « La piétonnisation a rendu les rues de la Liberté, des Forges et du Bourg accessibles aux personnes en fauteuil. Dans les bus, les trams et les navettes, on rentre de plain-pied », note l’adjointe, dont les efforts pour que Dijon reste « une ville
où il fait aussi bon vieillir
 » sont constants. Bref, « il y a 50 ans, la mobilité c’était la voiture. Aujourd’hui, c’est un tout ». Sur ce point, la cité ducale a de l’avance, nous certifie-t-on. Car la première ville qui a lancé « l’open payment » (valider son voyage en tram et en bus directement par carte bancaire), c’est Londres. La deuxième, c’est Dijon. C’est malin, c’est smart !


Remerciements

Vêtements enfants
Tape à l’Œil (Centre Toison d’Or)

Vêtements homme/femme
Show-Rooms (46 rue Amiral Roussin à Dijon)
Jad Boutique (79 rue de la Liberté à Dijon)

Poussette yoyo
Bébé 9 (15 rue des Échoppes à Quetigny)

Lumière
Prodij, Dj & Design à Dijon

Coiffure
Lyudmil’hair (104 rue d’Auxonne)

Modèles
Merci aux enfants (Clarisse, Selan, Maël), aux modèles féminins (Aliciane Bulliot, Marie Dovetta, Nadège Gossot) et masculin (Johan Boujon) pour leur présence et leur bonne humeur.

Photographe
Enola Dovetta

Divia Mobilités et Dijon Métropole pour la mise à disposition des lieux.
Le
Groupe Chopard et la concession Sica Peugeot Dijon pour le prêt des véhicules, ainsi que DS Store Beaune.

Partages

Vous aimerez peut-être aussi