Voilà deux hommes qui ne manquent pas de goût(s) ! Daniel Passeri, gérant des enseignes « Le Goût du Vin », et son fidèle sommelier, Marc Stievenard, jonglent parmi des milliers de références pour satisfaire leurs clients. Focus sur ces deux passionnés.

Par Lucie Lagarde
Photo : Christophe Remondière

Marc Stievenard,
sommelier passionné

Autre parcours, même passion. Originaire de Franche-Comté, Marc Stievenard doit au sommelier de l’abbaye de Talloires, où il faisait ses classes comme cuisinier, d’être tombé dans le fût du divin nectar. Bien lui en a pris. Quelques années plus tard, formé auprès de Georges Pertuiset à Beaune, c’est donc comme sommelier qu’il intègre le restaurant La Côte-d’Or de Bernard Loiseau à Saulieu, avant de rejoindre, de l’autre côté de la Manche, Robert Thompson, le plus jeune chef étoilé du Royaume-Uni. Sommelier polyvalent et toujours passionné, il est maintenant à 32 ans responsable de la boutique Le Goût du Vin à Quétigny. Un poste où ce musicien, fan de batterie, rythme de ses précieux conseils les séances de dégustation qu’il organise pour les pros ou les néophytes.

Maître ès vin

Enseignant les vins du monde au lycée des Arcades, Marc Stievenard aime « démocratiser et démystifier » le vin auprès de tous les publics. Pour lui, le sommelier exerce un métier de passion bien sûr, mais aussi de transmission et de rencontres. « Rencontrer un vin, c’est comme rencontrer une personne. Il y a des vins de plaisir très immédiat, des vins d’apéritif par exemple. À l’inverse, il y a des vins avec lesquels on peut passer beaucoup de temps. Il y a aussi ceux qui se méritent. Certains vins ne se laissent pas faire, il faut les attendre », philosophe-t-il. Lui, ses clients ne l’attendent pas pour boire ses paroles… et ses bons vins.

Daniel Passeri,
Tropique du vin

C’est un beau parcours professionnel que celui de Daniel Passeri. Un parcours guidé par la passion du vin et le partage. « On ne peut pas exercer dans le vin si on n’est pas passionné et si on n’a pas de plaisir à travailler en équipe », confie ce Dijonnais, ancien élève du lycée Simone Weil. Parti à vingt ans à Saint-Martin aux Antilles donner un coup de main à son restaurateur de frère, Daniel Passeri ne se doutait pas que quelques années plus tard il dirigerait deux restaurants sur place. Puis deviendrait le gérant d’une société d’importation de vins pour le marché local. Avant d’ouvrir trois boutiques Le Goût du Vin situées dans les îles de Saint-Martin, Saint-Barthélemy et Anguilla. Un sans-faute qui fait qu’actuellement aux Antilles ce sont 500 restaurants répartis sur 16 îles qui lui font confiance. Soit plus de 1,5 million de bouteilles vendues par an. Rien que ça !


Vin sur vin

Revenu à Dijon en 2008, notre chaleureux caviste ne reste pas en carafe. Pour cet entrepreneur qui a de la bouteille et qui garde toujours la main sur ses trois enseignes aux tropiques, le départ à la retraite de son maraîcher rue d’Auxonne tombe à pic. Il y installe une quatrième boutique Le Goût du Vin. Sa première en métropole. Avant d’ouvrir en 2017 une cinquième adresse à Quétigny sur 1000 m², dont 600 m² d’entrepôt. L’aventure continue donc de l’autre côté de l’Atlantique. Toujours suivant le même credo : la passion du vin qu’il aime transmettre à ses clients à qui il propose un catalogue de plus de 1500 références. Des vins de Bourgogne bien sûr, mais aussi d’autres régions françaises et de l’étranger. Des vins qui ne sont pas boudés par sa clientèle féminine. « En matière de vins, je trouve les femmes beaucoup plus ouvertes à la nouveauté que les hommes. Elles ont moins de préjugés. Elles aiment goûter et essayer d’autres vins que ceux de notre région. Ce qui leur permet souvent de faire de belles découvertes. » C’est un professionnel qui le dit !

Partages

Vous aimerez peut-être aussi