En couple, ils ont misé sur l’alliance du vin et du cassis pour créer une marque de cosmétique haut de gamme. Marie et Edouard Damidot, heureux parents de Vinésime, racontent une partie de leur destin d’entrepreneurs.

Par Julie Letourneur
Photos : Christophe Remondière

Ils auraient pu se rencontrer sur les bancs sur l’université alors qu’ils  étudiaient à l’IAE de Dijon. Lui a suivi une maitrise sciences et techniques comptables et financières quand, un an plus tard, elle s’inscrivait en maitrise sciences de gestion. Finalement réunis par des amis communs, le couple se marie en 2006. « Dès 2007, j’ai rejoint Edouard dans l’entreprise familiale Sodipress qu’il avait reprise trois ans plus tôt. »

La Bourgogne partout

Le duo de quadras a également uni ses compétences pour se lancer dans une nouvelle aventure, encore plus bourguignonne sans doute. « J’ai toujours été attiré par les cosmétiques. Ce sont des produits sensoriels que l’on utilise tous les jours avec plaisir », pose Edouard, sans fard. Et sa moitié de reprendre du tac au tac : « Nous regrettions que les hôtels locaux proposent des produits de beauté et de soins déconnectés de leur environnement proche. Les touristes viennent en Bourgogne pour la gastronomie et le vin, ils devaient pouvoir en trouver jusque dans leur chambre et salle de bains ! ».

Accompagnés par des chercheurs universitaires, Marie et Edouard posent les bases de Vinésime, des produits capitalisant sur les caractéristiques anti-oxydantes et anti-âge du pinot noir et du chardonnay. Après les premiers essais en 2011, la marque arrive sur le marché en 2015. Sacré pari pour le couple, qui se partage les tâches : Marie tire profit de ses vertus communicantes pour assumer la dimension commerciale et marketing. Elle fait rayonner Vinésime en Bourgogne et au-delà. Maintenant, on prend soin de sa peau « à la bourguignonne » de la Belgique au Maroc, de Chine jusqu’en Malaisie ! La gestion financière, le suivi de l’opérationnel industriel et le développement des produits reposent quant à eux sur les épaules d’Édouard. « Il est plus calme et j’ai un instinct plus impulsif, s’amuse Marie. En revanche, nous avons tous les deux un côté créatif, qui ne s’exprime pas de la même manière. C’est cette complémentarité qui fait notre solidité. » Car tout n’a pas été aussi rose qu’un packaging de cosmétique. Cette aventure demande une énergie constante. Edouard l’assume, il s’est souvent interrogé, a parfois envisagé d’arrêter. « Mais chaque fois, elle a été là pour me donner la force de continuer. » 

Victoires de la beauté

Bien leur en a pris : Vinésime s’est imposée dans les plus beaux établissements de la région. La marque a négocié son virage haut de gamme avec brio. Il suffit de tester leur masque Sublime Eclat qui associe les vertus du pinot noir à celles du cassis, pour le comprendre. Ce produit phare trône en belle place dans les spas et les instituts, rivalisant avec les mastodontes du secteur. Le trophée des victoires de la beauté 2018-2019, obtenu en décembre dernier, donne du relief à cette belle aventure. « Nous sommes montés sur scène tous les deux mais en général, je préfère rester en retrait et qu’Edouard soit mis en avant », concède volontiers Marie.

Vinésime existe pourtant sur ces deux piliers, lesquels ont prévu quelques nouveautés en 2019. Un contour des yeux et un masque tissu au pinot noir vont venir enrichir une gamme déjà forte d’une quinzaine de références. Quand il ne travaille pas côte à côte, le couple se retrouve dans une salle de sport ou à table avec ses deux enfants. « On partage tout, nos joies et nos peines, qu’elles soient professionnelles ou personnelles. Le plus dur, bien sûr, c’est d’arriver à laisser le boulot à la porte de chez nous. »

Partages

Vous aimerez peut-être aussi