Dans leur boutique spécialisée comme avec leur association, Isabelle et Noémie, la mère et la fille, militent pour le droit des femmes à « se sentir bien et belle pendant et après une maladie ». Embarquement dans leur 2CV qui porte haut le rose de la lutte contre le cancer du sein.

Par Gabriel Darc
Photos : D-Click Studio

Isabelle, 56 ans, est préparatrice en pharmacie. Noémie, 35 ans, puéricultrice de formation. Après plusieurs années passées à la direction d’une crèche, cette dernière souhaitait réorienter sa vie professionnelle vers un projet plus personnel. Confrontée à un cancer du sein dans son entourage, elle se rend compte que de nombreuses femmes touchées par cette maladie ne peuvent pas se rendre dans un lieu unique pour faire leurs emplettes, se réapproprier leur corps, retrouver leur féminité, se faire à nouveau belles.

 

Retrouver sa féminité

« La plupart de celles qui ont subi une ablation du sein doivent se rendre en pharmacie ou en cabinet d’orthoprothésiste, explique Noémie. Cette offre médicalisée ne tient pas compte de leur désir de faire les magasins de lingerie comme avant. » De cette constatation va naître l’envie de créer une boutique spécialisée avec sa maman. Un projet que Noémie va mûrir pendant le congé parental qu’elle prend pour son troisième enfant, et qui verra finalement le jour en janvier 2018 au rez-de-chaussée réaménagé de sa maison de Belleneuve, à côté d’Arc-sur-Tille. Là, dans un cadre chaleureux et une ambiance cocooning, la fille et la mère proposent à leurs clientes toute une gamme de produits (prothèses mammaires externes et leur lingerie, prothèses capillaires, coiffes et turbans, cosmétiques et soins…) avec, en prime, des conseils de spécialistes, de l’écoute et une vraie relation de confiance. « Chaque année en France, plus de 20 000 femmes subissent une mastectomie et vont devoir faire tout un travail pour retrouver une certaine estime d’elles-mêmes. Avec les progrès du dépistage, le cancer du sein concerne d’ailleurs des femmes de plus en plus jeunes, qui n’ont pas envie de faire une croix sur leur charme. Heureusement, les choses changent et les créateurs français font désormais des soutiens-gorge pour prothèse mammaire qui n’ont rien à envier aux autres », poursuit Isabelle.

Avec deux amies, Noémie (à droite) joue au mannequin lingerie dans le sympathique emblème de sa boutique et de son association, une « deuche » customisée en rose avec l’aide du 2CV Club de Bourgogne, dont son père Michel fait partie.

Cap sur Octobre rose

À côté de la lingerie, la boutique Deuche rose propose toute une collection de produits de marque ou de créateurs, tout à la fois pour le bien-être et la beauté de sa clientèle. À l’image des Franjynes, des franges adaptées à l’alopécie (perte totale des cheveux) associées à des turbans faits en matières nobles, bien plus confortables et tendance qu’une perruque classique. Ou encore ces cosmétiques mis au point par une équipe de médecins oncologues et de patients sous chimio- ou radiothérapie.
Sorties de leur boutique, Isabelle et Noémie sont toujours aussi militantes, cette fois par le biais de leur association AVEC (Action, Vivre, Écoute, Convivialité) la Deuche rose, dont l’objectif principal est d’aider à la lutte contre le cancer du sein. Cette année, après une escale au salon Bien Vieillir puis au festival Vyv-Les Solidarités, la Deuche rose mettra à nouveau le cap sur Octobre rose, le mois de sensibilisation au dépistage du cancer du sein. Comme l’an dernier, entourées par une équipe de professionnelles (esthéticienne, coiffeuse, maquilleuse), des clientes touchées par la maladie serviront de modèles pour une exposition photo itinérante (étapes prévues à Genlis, à Saint-Julien, à Talant, à Longvic, à Beaune…), pour reprendre confiance en soi et montrer qu’il y a vie après la maladie.

La deuche rose
4 rue de Cadorago, 21310 Belleneuve
06 32 44 38 57
www.deucherose.com
Ouvert mardi et jeudi de 14h à 18h et sur rendez-vous.

Partages

Vous aimerez peut-être aussi