Le réseau In&FI, spécialiste du courtage en prêts immobiliers, a fait de l’accompagnement sur-mesure son credo. Exemple avec les prêts-relais, dont la complexité du montage nécessite l’intervention de professionnels expérimentés comme ceux de l’agence dirigée à Dijon par Catherine Letelu.

Par Michel Giraud
Photos : D-Click Studio

 

Quinze années dans le secteur bancaire, comme directrice d’agence, autant comme courtier… Autant dire que l’expérience et la hauteur de vue de Catherine Letelu sont solides. Au moment d’abord d’évoquer la situation du marché immobilier à Dijon, « clairement marqué par un volume de demandes plus important que l’offre, à tel point que, dans certains quartiers comme Montchapet, dès qu’un bien est mis en vente, il trouve preneur ». Montchapet, c’est justement là que vont s’installer d’ici peu Marie et Pierre. Ce matin-là, ils ont rendez-vous avec Nicolas, l’un des collaborateurs de l’agence In&Fi de Dijon. Le calcul est simple : le couple possède une maison en périphérie de Dijon et souhaite se rapprocher du centre-ville. Son bien actuel est estimé à 200 000 euros, sur lesquels il reste 75 000 euros de crédit à payer ; quant au coût du futur achat, il s’élève 230 000 euros. « C’est un cas d’école, sourit Catherine Letelu. Le type de projet qui colle parfaitement au dispositif des prêts-relais. Longtemps ceux-ci ont eu mauvaise réputation. Au début des années 2000, il y a eu la conjonction de clients trop gourmands sur la vente de leurs biens et de banques qui ont réalisé de mauvais montages, et certains propriétaires se sont retrouvés dans des situations précaires. Les banquiers ont été échaudés. Aujourd’hui, les prêts-relais sont très réglementés. Il faut par exemple un minimum de deux estimations du bien à vendre pour éviter les montants farfelus qui ne seront pas tenus. »

L’expérience d’une équipe rodée

La formule « prêt-relais acquisition » est aujourd’hui la plus prisée des clients : « Elle consiste à racheter complètement l’ancien crédit, pour créer une seule nouvelle mensualisation qui sera ajustée une fois le bien vendu. Mais attention, il faut que les propriétaires aient conscience que le prêt-relais ne peut être mis en place qu’avec un delta important entre le prix du bien et le reste à payer sur un crédit. Il faut que le premier crédit à rembourser ait déjà été solidement amorti, sinon le montage est impossible ». Face à la complexité de l’approche, Catherine Letelu avance l’expérience de ses équipes. À quelques pas d’elle, son mari Philippe acquiesce : « Un banquier ne traite pas que de l’immobilier, il doit être polyvalent. Nous, nous traitons une dizaine de dossiers dans ce domaine chaque jour. C’est cette expérience qui séduit nos anciens clients, qui reviennent vers nous pour de nouveaux projets, et surtout qui nous recommandent auprès de leurs proches. Il faut aussi savoir que toutes les banques ne proposent pas l’ensemble des dispositifs relais et que nous avons la possibilité d’interroger tous les établissements bancaires, de sonder les formules précises qu’ils proposent et ainsi de trouver le produit technique (et l’établissement) adapté à chaque projet. » La force du réseau de banques (In&Fi s’appuie sur 110 banques partenaires), l’expérience d’une équipe d’anciens banquiers, le service proposé aussi, « le suivi également, ajoute Catherine Letelu, font que les Côte-d’Oriens se tournent de plus en plus vers nous » (lire notre encadré). « À nous de continuer dans la même exigence d’accompagnement, dans le montage sur-mesure des projets pour prouver à nos clients que se tourner vers nous, c’est la solution d’avoir l’offre la plus efficiente possible. »

L’agence In&FI Dijon crédits dans le top 3 national

La nouvelle est tombée peu avant l’été, lors d’une convention nationale du réseau In&Fi. L’agence de Dijon, portée
par Catherine et Philippe Letelu, figure en 2019 dans le top 3 national de l’enseigne. La juste récompense pour toute l’équipe, et la promesse d’un avenir plutôt dégagé : « Aujourd’hui, les courtiers captent autour de 35 à 40 % des parts de marché. On peut imaginer doubler ce chiffre d’ici à cinq ans, et se rapprocher ainsi de l’Angleterre où 90 % des transactions immobilières transitent par un bureau de courtier. »

 

54, rue Devosge à Dijon
03 80 54 29 54
www.inandfi-credits.fr/credit-dijon
Et sur Facebook : @inficreditsdijon

Partages

Vous aimerez peut-être aussi