Claire Ponnelle a rejoint Écocea, site du SMET 71* exploité par Dalkia Wastenergy, filiale de Dalkia (groupe EDF) située à Chagny, à l’occasion de son ouverture en 2015. Chef de quart, un métier d’homme ? Pas du tout, pour cette jeune femme de 32 ans qui s’épanouit dans le tri des déchets. 
*syndicat mixte d’études et de traitement des déchets ménagers

Par Déborah Levy
Photos : Amandine Dirand

« J’aime les poubelles ! Tout ce qui touche à la valorisation des déchets m’intéresse : je trouve cela passionnant de trier. J’ai commencé au bas de l’échelle comme trieuse puis, dès l’âge de 20 ans, je suis devenue cheffe d’équipe. Travailler avec des hommes, c’est tout à fait normal pour met de la passion, ça compense largement la force physique et elles excellent en organisation et méthodologie. Je trouve que la mixité est un véritable atout pour l’équipe, cela enrichit notre façon de travailler et amène moi, nous avons créé de vrais liens de confiance et d’entraide dans l’équipe. » Claire Ponnelle est, depuis 2015, l’une des deux chefs de quart du site de méthanisation de Chagny, exploité par une société du groupe Dalkia (groupe EDF). Elle manage une équipe de quatre salariés et travaille en quart, de 5 heures à midi ou de midi à 19 heures. Son quotidien dans l’usine : mettre en route la chaîne de tri avant l’arrivée des camions à 7 heures, distribuer le travail à son équipe, monter dans un engin pour aider aussi parfois, réaliser le suivi de l’exploitation… Pour Philippe Testevuide, directeur Dalkia Wastenergy de l’usine, les filles ont des atouts à faire valoir dans ce métier technique : « Quand une fille une autre façon de penser ». Et d’ajouter : « Cette usine, dont nous assurons l’exploitation, est remarquable et remarquée : pour preuve, en 2019 nous avons battu le record du nombre de visiteurs qui viennent apprendre ce que c’est le tri. Nous avons aussi obtenu une quadruple certification qui valide la maîtrise opérationnelle du management de l’environnement et témoigne de notre système performant, efficace, connu et parfaitement maîtrisé ». Et finalement qu’est-ce que le tri si ce n’est l’avenir de la planète ? Claire Ponnelle a pris conscience de l’importance du tri des déchets depuis longtemps et incite chacun de nous à aller plus loin : « Si tout le monde faisait son propre compost, ça réduirait considérablement le volume de nos poubelles. Il suffit d’y mettre du sien. Ici, à Chagny, nous produisons 27 000 tonnes de compost par an à partir de déchets verts. En parallèle, la valorisation énergétique des 73 000 tonnes de déchets ménagers que nous recevons chaque année permet de produire 2,6 millions de normo-mètres cubes de biométhane, qui est ensuite injecté après épuration dans le réseau de transport de gaz naturel. L’usine voisine de fabrication de tuiles est aussi alimentée en gaz directement d’Écocéa. Les déchets, c’est l’avenir. »

 

Partages

Vous aimerez peut-être aussi