Regard pétillant et sourire franc, Émilie Callot est de ces personnes qui vous mettent instantanément à l’aise. Son empathie et sa compréhension profonde des relations humaines y sont sans doute pour beaucoup. Dans son domaine, ces qualités sont essentielles : elle est coach professionnelle, médiatrice et formatrice.

Par Charlotte Tortat
Photo : Christophe Remondière

Il y a quatre ans, elle saute le pas. Pour créer sa société Pulsatile, elle quitte à 38 ans un poste confortable au sein de la fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA). Elle y a été, pendant dix ans, coordinatrice régionale sur les questions d’emploi. En 2016, cette juriste de formation joue de prudence et débute alors son activité à temps partiel. Aujourd’hui, Émilie intervient en entreprises, en collectivités territoriales ou au sein d’organisations professionnelles. Cette pro de l’épanouissement coache les individus et les équipes pour leur permettre de réaliser pleinement leur potentiel et de réussir leurs projets.

« Accompagner une prise de poste à responsabilité (par exemple, un chef de service qui devient directeur), aider un manager à trouver sa posture, à s’affirmer ou encore à gagner en sérénité, intervenir sur des conflits, c’est dans mes cordes », précise-t-elle, sereine et assurée.
L’appui de son mari, chef d’entreprise dans l’immobilier, lui a très vite permis de se lancer à plein temps. « C’est un projet de couple et de famille. Quand j’ai créé mon entreprise, nos deux enfants étaient encore petits. Mon mari, qui a la fibre entrepreneuriale, m’a encouragée. Dont acte : il prend vraiment sa part. Je peux partir trois jours en déplacement, je sais qu’il gère », témoigne-t-elle.

Ce qui booste Émilie, c’est cette certitude d’être épaulée quoiqu’il arrive. « Dès le départ, mon mari m’a dit : “Si ton projet ne marche pas, on s’en sortira quand même”. Je rappelle souvent cela à mes clients : le droit d’échouer, c’est aussi celui de réussir. Si on ne s’autorise pas à se planter, on ne bouge pas. »

Avec ses clients justement, la coach utilise des outils reconnus tels que l’approche systémique, l’analyse transactionnelle ou la programmation neuro-linguistique (PNL). Mais elle a une autre corde à son arc : le recours à l’imagination créatrice de l’enfance. Lors de la phase de diagnostic, il n’est pas rare de voir Émilie déverser le contenu d’un large panier, déployant tout un univers de Playmobil, de Kapla, de figurines et autres petites voitures. « Les Playmobil, c’est génial pour représenter un système ou une situation en miniature. Cela permet à la personne de prendre du recul. »

Son goût pour le jeu et les images oniriques lui vient de son enfance passée dans un village viticole du Sancerrois. De longues heures à rêver, à bouquiner et à s’inventer des histoires ont façonné son regard sur le monde. « J’avais une malle remplie de déguisements sur-mesure, cousus par ma grand-mère. J’ai eu cette chance de grandir avec un imaginaire grand ouvert, dans une famille où les arts étaient très présents. »

D’autres passages importants l’ont forgée, plus tard. Comme ce poste de responsable des ressources humaines qui lui est confié, alors qu’elle a 21 ans seulement, et qui lui permet de monter en compétences à vitesse grand V. En 2010, un événement personnel – le décès de sa mère – pousse Émilie à mener une profonde réflexion sur ce qu’elle souhaite dans sa vie. Elle réalise alors que l’on a toujours le choix. C’est aussi dans cette période que mature son désir de se former aux techniques de la médiation et du coaching professionnel.

Quatre années après son lancement, Émilie regarde avec fierté le chemin parcouru et s’enthousiasme pour la suite. Depuis quelques mois, elle a investi ses nouveaux locaux, un appartement chaleureux à Chenôve. Elle y a créé un premier groupe de managers et de dirigeants qu’elle coache en utilisant la méthode québécoise du codéveloppement. Entre eux, la dynamique prend bien. Sans doute le résultat d’une certaine philosophie de la vie, subtilement distillée :
« Mon leitmotiv, c’est de prendre plaisir à ce que je fais et de pouvoir le transmettre. Un des sens de ma vie, c’est de permettre aux gens de trouver, eux aussi, du sens et du plaisir dans leur métier. »

06 81 13 46 39
emiliecallot@pulsatile.fr

Partages

Vous aimerez peut-être aussi