Le château de Saulon est un lieu de vie à part entière où l’on peut, à l’envi, déjeuner le midi pour un repas d’affaires, participer à des teams buldings ou à des ateliers ou encore partager en famille ou entre amis un dîner ou un brunch aux allures de grande guinguette. Revue d’ambiance.

Par Déborah Levy
Photos : Christophe Remondière

 

C’est sans doute le travail en symbiose de toute une équipe qui fait du château de Saulon un lieu si particulier, empreint de douceur de vivre et d’agapes, propice à la décontraction et au luxe du « très bien manger ». Au menu du restaurant Deux Rivières, une offre gastronomique de haute volée. Le chef, Mohamed Henni, et le responsable des cultures maraîchères et des espaces verts, Maxime Boront, travaillent main dans la main pour vous proposer les plus belles des assiettes. En effet Mohamed Henni et sa brigade cuisinent selon les récoltes produites dans les jardins potagers cultivés par Maxime Boront. Le jardin secret de Saulon, ce sont 50 arbres fruitiers et quatre hectares de terrain transformés en potager au cours de ses derniers mois. D’autres projets sont en cours : la création d’un vivier avec poissons et écrevisses, d’un poulailler, et même d’une ferme avec élevage de cochons, moutons, poules, sans oublier culture de plantes aromatiques et médicinales ainsi que des fleurs pour les bouquets. Des ruches ont été installées en avril. Le circuit court dans toute sa splendeur ! « Nous avons décidé d’être le plus autosuffisant possible et de fleurir aussi le château grâce à notre propre production », explique Paul Acquitter, en charge de la communication au château de Saulon. Cette extrême fraîcheur des matières premières est une ode aux bons produits dans les assiettes. De nouveaux menus sont proposés : un déjeuner de saison à 38 euros (50 euros avec l’accord mets-vins) et deux menus en cinq et sept services, à 58 et à 78 euros. Une autre expérience culinaire est à (re)vivre au château de Saulon à partir de septembre, généralement chaque premier dimanche du mois, celle du brunch dans l’Orangerie, à l’orée des bois, avec vue panoramique sur le domaine.

Le château de Saulon a poussé le concept de circuit court jusqu’au bout : il produit notamment ses propres fruits et légumes.

L’équipe du château de Saulon avait en tête de nombreux ateliers avant de tout mettre en pause. Si les projets sont repoussés, ils ne sont pas pour autant annulés avec notamment des rendez-vous permaculture et apiculture destinés à des chefs d’entreprise, des concerts en plein air ou dans l’Orangerie avec notamment le groupe Cover Queen, un goûter électronique… « Nous prévoyons la construction d’un hameau de cabanes éco-responsables au bord de la rivière, la création d’un centre de soins autour de la piscine avec spa, salle de massage et de relaxation, mais aussi d’une boulangerie bio qui fournira le restaurant, l’hôtel et sera également ouverte au public, Depuis le confinement, nous proposons de la vente à emporter avec des produits du chef (granola au curry, anchoïade, poichichade…) associés à des produits issus de collaborations avec des partenaires du chef (Frédéric Martin de la Triperie dijonnaise, Yann Bezeux de l’Or des Valois, Bastien Garnier de la Ferme de la Goutte d’Or). Chaque mardi et mercredi, le restaurant est remplacé par un déjeuner en extérieur dans la cour arrière du château, avec brasero et grillades de légumes du potager et viandes », poursuit Paul Acquitter. Et puis le château de Saulon étant installé sur une parcelle de plusieurs hectares de forêts, différentes activités vont être proposées par Maxime Boront autour de la remise en forme ainsi que des cueillettes, de la découverte de la faune et flore locales ou encore d’ateliers d’herboristerie. Enfin un parcours de santé va être aménagé, des vélos et du matériel sportif vont être mis à disposition, associés à des cours de cuisine… De très belles idées qui verront le jour au fil de l’eau ces prochains mois.

Mohamed Henni, le chef, et Maxime Boront,
responsable des cultures maraîchères et des espaces verts,
travaillent de concert. Résultat : fraîcheur optimale
dans les assiettes servies au restaurant Deux Rivières !

Partages

Vous aimerez peut-être aussi